Home Divers 7 conseils pour réussir l’oral du bac

Témoignage de Basile

Le jour de l’oral

L’oral du bac est tombé un mardi après-midi pour moi. Passe ton bac et vive la vie ! Je me le répète depuis des mois... Nous y voilà ! C’est le stress du bac…! Je m’en souviens, je suis dans un couloir j’attends mon tour. Le bac !…  Je vois les élèves ressortir, un par un, fatigués,  hagards ou soulagés.  C’est le premier examen réellement important dans ma vie. J’ai bien révisé les jours qui précèdent : assis, debout, en marchant, dans ma tête ou à voix haute… il n’y a pas raison de paniquer. Et pourtant… ! Alors respire !

Pourvu que ce ne soit pas Baudelaire…

Vite! Je relis mes notes.
Je pense dans ma tête, pourvu que ce ne soit pas Baudelaire…
J’entends qu’on m’appelle. J’entre.
Le professeur enchaine sans me regarder : Bonjour Monsieur
Le « Monsieur » jette un froid entre nous…
Il me tend deux feuilles roses.
– « Voici votre sujet, vous avez vingt minutes »

Un oral… apologétique !

Je lis le sujet: «  La peinture peut-elle être un apologétique ? »
C’est un sujet libre… Apologétique … vous avez dit apologétique… Il m’a joint une vague photocopie couleur d’une peinture représentant le Loup et l’Agneau, de La Fontaine.

« A-po-lo-gé-ti-que ». J’aime bien les mots rares. Celui là je le connais… ! Ouf !
Le départ est donné. C’est le bac, vas-y ! J’ai le cœur qui bat… D’abord, je prends mon temps pour bien analyser ce que je vais dire et le sens de ma réponse. Je décortique la peinture, cherche les petits détails, oriente ma réflexion. Je me répète : « res-pi-re »…. Je me souviens de mon père qui me lisait des fables de La Fontaine. Je me sens moins seul… Le stress s’est transformé en adrénaline. Je suis positif. Je me bats, je cherche des arguments, je réfléchis…

C’est de l’oral ! Évite de lire ta copie

Vingt minutes c’est court et c’est long…
Le professeur m’appelle… Je me répète : « res-pi-re… évite de lire ta copie ». J’ai les mains qui tremblent. J’esquisse un vague sourire niais qui ne trompe personne. D’ailleurs il n’y a personne que le prof et moi ! J’ai le souffle court, quinze tonnes sur les poumons qui m’oppressent. Je ne vais pas pouvoir parler… Ça dure et ça dure… 30 secondes qui sont comme une éternité. Je passe à l’attaque. Je me pose en face du professeur, je le regarde. Je commence fort. J’affirme, je débats… ça doit passer… Et ça passe !

Oral ou aura pas ?

Le professeur est plutôt souriant. Il aime ma réflexion.
(On aurait pu devenir copain… Il n’y tient pas, moi non plus…)
Il me congédie poliment et m’encourage pour la suite.
Je sors, soulagé.

A suivre pour les résultats…

[note color= »#eae8e0″]

Avant de lire l’avis du coach vocal, je vous demande de relever dans ce récit de Basile, 7 bons gestes pour réussir à l’oral. Valables pour les étudiants et les autres…

[/note] L’avis du coach vocal :

Réussir à l’oral du bac : les 7 bons gestes de Basile

  1. J’ai bien révisé les jours précédents… dans ma tête ou à voix haute.
    Se préparer à l’oral, c’est mieux oralement !…  Ca parait évident mais peu de personnes le font. Parlez à votre miroir, faites quelques exercices de diction (les pastilles vocales). Soyez prêt le moment venu à vous faire entendre clairement, distinctement.
  2. Alors respire !
    Respirer. Parfois on est tellement concentré ou stressé qu’on en oublie de respirer. Accomplir volontairement le geste d’une respiration complète est alors nécessaire.
    « Je me répète « res-pi-re »… Par contre ne pas abuser des injonctions mentales du genre « calme toi … relax… respire ».  Se le répéter sans le faire n’est pas d’une grande utilité et peut même ajouter au stress.
  3. D’abord, je prends mon temps
    C’est le luxe des meilleurs ! Avoir le temps même dans l’urgence c’est prendre une longueur sur la panique.
    Prendre son temps, c’est prendre le temps physique d’être bien dans sa peau et le temps psychologique de trouver un appui intérieur.
  4. Je me souviens de mon père… Je me sens moins seul… Je suis positif.
    Toute pensée positive renforce l’organisme et agit comme un carburant du mental…
    Il est bien de le faire dans les jours qui précèdent, par des visualisations positives. Par exemple se visualiser dans la réussite et les bénéfices à en tirer.
  5. Évite de lire ta copie
    L’oral est un acte vivant en relation avec l’autre. Se mettre à lire sa feuille couperait la relation. Il vaut mieux se tromper un peu et être « vivant beaucoup » que « parfait » et « ennuyeux beaucoup »… !
  6. Je me pose en face du professeur, je le regarde.
    On sent chez Basile une posture ouverte, un regard franc. Se poser. Regarder la personne à qui vous parlez c’est le minimum pour être écouté. Ca peut vous aider à être plus vivant ou convaincant. Peu importe le visage qu’elle vous offre. Dans son rôle de professeur elle en montre peu. Mais elle entend et ressent…
  7. Je commence fort. J’affirme, je débats
    Dynamiser sa parole ce n’est pas faire insulte mais au contraire faire cadeau de son énergie au professeur parfois fatigué de discours monocordes ou scolaires ; Un peu de sentiment ou d’émotion ne fait pas de mal.

Oral du bac : 3 Conseils subsidiaires

Les jours qui précèdent, préparez-vous comme un sportif avant l’épreuve.

  • Petit déjeuner tonique. Le jour de l’examen faites un petit déjeuner léger et énergétique. (pas trop de sucre qui endort) Céréales, fruits secs amandes, jus d’orange… Emporter quelques biscuits d’appoint.
  • Lâcher le mental. La veille, ne pas bosser jusqu’à minuit !
    Au contraire, sortir prendre l’air, « lâcher prise ».
  • Agir amicalement avec soi.
    Dans les minutes qui précèdent l’entrée en salle, poser sa propre main, comme une main amie partout où « ça fait mal ». L’accompagner d’une pensée positive : « ca va aller… tout va bien…».  Sur le thorax, sur le ventre ; pour apaiser, détendre, rassurer.
    Réveiller l’expression. Avant de prendre la parole. Se Masser la face. Sourire.
    Faire quelques exercices de diction (même en silence). Énoncer calmement : « je veux z’et j’exige, d’excuses excuses » (5 fois)

 

Articles en rapport :
Alertez les parents, votre enfant vous demande
Gagner en présence
Morts de trac ?…

AVEZ-VOUS « SOUFFERT et TRIOMPHE DU BAC ?… 
SI C’EST LE CAS, JE VOUS INVITE A LAISSER UN COMMENTAIRE.
A PARTAGER VOS ASTUCES et ENCOURAGEMENTS.
MERCI POUR LES NOUVEAUX CANDIDATS.


Partager cet article
    Bordure
    9 Réponses à cet article
    1. Ah Jean, merci pour ces bons souvenirs : la fin du lycée, le début de l’été… et le stress du bac !

      Je me souviens comme si c’était il y a plus de dix ans de l’épreuve orale du bac de Français. Principe : un commentaire de texte parmi les quelques dizaines étudiés dans l’année. Le texte peut être tiré au sort ou choisi par l’examinateur. On raconte que quelques rares chanceux ont parfois le privilège de choisir eux-mêmes leur texte – certainement une légende urbaine.

      Bref : l’oral du bac de Français c’est un peu comme la loterie. Et face à ce divin hasard, j’ai ma stratégie :

      Quoi de plus frustrant que d’étudier à fond autant de textes, pour au final n’être interrogé que sur un seul ? Quel gâchis, non ? Je veux dire : si tu souhaites étudier à fond le maximum de textes, tu finiras certainement par en négliger quelques uns. Et bien sûr, c’est sur celui que tu auras le moins bossé que tu seras interrogé…

      Du coup, mon plan, pour éviter cette frustration : c’est de n’en étudier aucun ! Comme ça, pas de risque non plus d’en étudier certains plus que d’autres, et regretter que ça n’ai servi à rien.

      Pour la petite anecdote, je fus interrogé sur un extrait de La promesse de l’aube. J’avais accroché avec Romain Gary bien avant mes années de lycée, si bien que j’ai occupé mes dix minutes à feuilleter négligemment mon ouvrage sans chercher à préparer un quelconque commentaire de l’extrait en question. J’ai parlé librement, et le professeur m’a répondu tout aussi librement. En fait, je n’ai pas été interrogé : NOUS avons DISCUTE. C’était extrêmement réjouissant. Et j’ai obtenu la note de 15 sur 20, ce qui n’est pas si mal finalement, et même carrément bien quand je pense que je n’avais strictement rien préparé :-)

      PS : excellent sketch de Dupontel ! ^^

      • Sacré Valentin ! … Tu ne peux pas te comparer : tu es un chanceux et un charmeur…
        « J’ai parlé librement, et le professeur m’a répondu tout aussi librement »
        On a l’impression que c’est toi qui a interrogé le prof !!!… Est-ce qu’il a été assez bon ? Quelle note… ?
        « quand je pense que je n’avais strictement rien préparé »…
        Le Bac, comme une promenade en canoé par un bel après midi de printemps. Tranquille.
        Tu as raison Valentin. Souvent avec l’insouciance des miracles arrivent…

    2. Bonjour Jean Sommer,
      Je vous suis en Haiti. Je vous remercie infiniment pour les nombreux conseils que vous nous prodiguez. En effet, je suis etudiante en Droit et dans un avenir tres proche j’aurai a prendre la parole souvent en public, mais, je remarque que lors d’un expose en groupe ou d’une prise de parole en public , je stress, je respire tres fort et je tremble. Le pire, c’est que mon prof de droit du travail nous demande de faire des exposes individuels; le mien sera pour le 5 novembre… le tracc!!! je tremble déja! heureusement que je viens de remarquer cet article, je vais donc, comme d’habitude, suivre vos conseils. Merci encore.

      • merci Minelle
        Merci de me renvoyer l’utilité de mes articles.
        Le stresse, le trac, je connais. L’un des bons moyens, c’est bien sûr de se préparer et de répéter.
        Pour cela vous pouvez remercier votre prof de droit. Il a raison.
        Avant une épreuve, répétez votre phrase d’entrée ou votre plan… même si dans le feu de l’action les choses bougeront.
        Donnez vous un maximum de sécurités. Penser aussi à respirer calmement avec des inspirations pleines et non forcées.
        Allez bon vent, vous allez réussir. la France est avec vous… :-)

      • A bientôt Minelle. ET d’ici là… que du positif à tous les repas, en salade, au petit dèj,
        en sauce, et même en dormant… !:-)

    3. Bonjour Jean Sommer,
      Comme vous l’avez remarqué, le 5 novembre, je ne vous ai pas donné des nouvelles de mon exposé. En effet, il y a eu des problemes de stabilité dans mon pays donc je n’ai pu exposé que le lundi 19 novembre.
      Mais la bonne nouvelle est que « J’ai tres bien exposé » et je vous en remercie infiniment, tout le monde me felicitait. Avant l’exposé j’étais dans tous mes états, mais j’ai essayé le plus que possible de me maitriser ( surtout que je n’étais pas trop prete) . Vraiment merci et pour finir, je n’ai pas oublié de répéter votre :« je veux z’et j’exige, d’excuses excuses » avant de présenter mon sujet. Je continuerai à vous suivre!!!

      PS: Désolée pour les accents

    Laisser une réponse

    CommentLuv badge