Home Fantaisies Coaching vocal pour une bonne articulation avec le verbe copéfillonner

Le verbe « copéfillonner » est un verbe inventé pour faire travailler l’articulation.
En particulier dans la phrase :
« Je copéfillonne et fait flèche de tout bois« .

Attention à l’embouteillage  des F en sortie de bouche.
Eviter le style « pointu » ou « petite bouche ».

Je copéfillonne et fais flèche de tout bois
Tu copéfillonnes et fait flèche de tout bois
Il copéfillonne et fait flèche de tout bois
Nous copéfillonnons et faisonst flèche de tout bois
Vous copéfillonnez et faites flèche de tout bois
Ils copéfillonnent et font flèche de tout bois

Je recommande de dire la phrase au moins une fois sans la musique.
Pour une mise en bouche précise. Pour plus d’efficacité.

Les conseils du coach, pour une bonne articulation

Profiter des syllabes structurées CO-PÉ, pour « lancer » la phrase.
Pour lui donner de l’élan et la faire pour rebondir jusqu’au double N de fillonne.

Profiter de même du modulé des voyelles O – É – I – ONNE pour créer une mini vague
et donner un mouvement interne à l’énoncé. Une modulation.

Mise en garde : ne pas s’enfermer dans le côté étriqué des sonorités en avant bouche.
S’efforcer d’élargir la diction sur la voyelle ouverte È.  Dans FAIT et FLÈCHE .

Définitions (possible), du verbe : copéfillonner

Au choix :

  • « Faire copain » en restant sur ses gardes.
  • Copéfillonner comme flirter. Faire semblant d’être amoureux.
  • Ou toute autre définition à votre convenance cher lecteur(trice)
    A écrire dans la zone « commentaires » de cet article.
    (Attention : pas de commentaires polémiques ou insultants)

Diction et mise en bouche

Techniquement :
Dans : « je copéfillonne et fait flèche de tout bois »
l’enchainement des 3 F : fillonne et fait flèche
oblige à fournir un effort particulier sur la consonne F pour lui donner du corps.

C’est un très bon exercice de renforcement de la diction générale.
Quand les F ont souvent tendance à s’énoncer mollement ou à créer du flou.

Conseils d’utilisation

Pour tirer profit de l’exercice.

  1. Écouter le podcast une fois pour le plaisir et le contenu.
  2. Énoncer le verbe ou la phrase seuls, sans la musique. A voix haute (ne pas marmonner pour soi)
    Lentement d’abord. En plaçant bien les sons en bouche. En s’essayant aux nuances.
  3. Énoncer avec moi en musique. Reconnaissance du rythme et du phrasé. A voix haute, en confiance  (sans marmonner…)
  4. Énoncer avec moi en conscience en essayant de reproduire les nuances de ton…  avec moi en musique.
    A refaire et refaire, et refaire encore… jusqu’au plaisir

Pour s’enregistrer

Si vous le pouvez, enregistrez vous à partir d’un smartphone ou d’un enregistreur numérique de bonne qualité (Zoom H1N)
S’écouter, sur de bonnes écoutes. Sur des enceintes ou au casque.
Comparer sa propre version, avec la mienne. Recommencer, améliorer…

Pour la voix

Pas d’à-coups, ni de coups de gorges.
Sentir son visage vivant dans l’énoncé de la phrase.
Pas de tensions dans la mâchoire.

SI CET EXERCICE VOUS INSPIRE UN COMMENTAIRE
EXPRIMEZ-LE CI DESSOUS.

Partager cet article
    Bordure
    67 Réponses à cet article
    1. Bonjour Jean,
      comme d’hab, j’adore !
      Je trouve un peu dommage que la bande son aille si vite : on n’a pas le temps de répéter après toi, il faut le faire en même temps et ainsi c’est difficile de faire attention à tes intonations pour les reproduire. Peut etre nous laisser le temps de répéter la 1ère phrase, et après on fait en même temps ?
      Bonne journée, à demain 😀

      • Oui Amélie. J’entends bien ta remarque.
        Mais le principe c’est de répéter plusieurs fois pour se libérer de l’effort « d’accrocher » à mes intonations.
        Le but étant de comprendre le processus pour le reproduire seul ensuite dans sa parole.
        Par ailleurs j’utilise le principe de la répétition dans mes pastilles vocales sur un mot. Exemple : jean-sommer.fr/le-mot-choisi/
        merci

    2. Bonjour Jean et bonjour à tous
      Je m’étais apoilée sous la lune étoilée sans difficulté et hier j’ai céciledufflotté sans couler.
      La pastille de ce matin n’a pas été facile à avaler. J’attends demain avec impatience pour voir si je Juliegayetise mieux que je ne copéfillonne !

    3. Bonjour Jean. Excellent !
      Je parle très rapidement et j’articule très peu. Pour rémédier à cela, j’ai acheté un livre et j’ai commencé à faire des exercices mais je préfère de loin vos exercices qui sont à la fois originaux, amusants et bien dynamiques.
      Après m’être apoilé sous la lune et avoir cécileduffloté sans couler, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai copéfillonné en faisant flèche de tout bois. Très bon pour ma diction !

      • Merci Henri pour ce résumé de ce que j’aimerais que soit ma méthode pour ceux qui la pratiquent : originale, amusante et bien dynamique.
        Vous allez faire des progrès fulgurants.

    4. Alors là! C’est déjà pas facile de copéfillonner (définition).
      Mais aussi, conjuguer ce verbe en faisant flèche de tout bois est encore plus compliqué. Dans tous les cas j’ai aimé l’exercice.

    5. Vraiment cette exercice ma posée problème car j’ai du mal à articulée et en même temps avoir de la profondeur dans la voix, serai-ce parce-que je ne l’entraine jamais ?

      En tout cas j’ai été ravis de participé à cette 2eme pastilles et j’ai hâte de faire la suite.
      J’ai trouvé se conseille vraiment très intéressent :
      « Profiter des syllabes structurées CO-PÉ, pour « lancer » la phrase.
      Pour lui donner de l’élan et la faire pour rebondir jusqu’au double N de fillonne. »

      Et c’est la ou je me suis dit que 90% du temps je ne prend pas le temps d’articuler et de donnée de la vie à mes mots, je parle, je parle, je parle sans faire attention au débit ou même sans faire attention à l’intensité que j’y met.

      Dur à expliqué enfin je continue à suivre se super blog qui jusqu’à maintenant ma apporté que de bonne choses.
      Merci bonne journée à tous !

      • « Et c’est la ou je me suis dit que 90% du temps je ne prend pas le temps d’articuler et de donnée de la vie à mes mots »
        Une fois dit cela tout est dis ! Vous avez tout compris.
        En donnant son temps à l’articulation, la voix regagne en profondeur et en rondeur. Les mots ont plus d’impacts. la personne plus de présence…
        C’est gagné !
        Merci Mellerin.

    6. Bonjour Dr. Jean :)

      Deuxième jour de mon traitement ; je viens de prendre ma deuxième pastille. Mes symptômes indésirables s’estompent légèrement : mon visage bouge un peu plus, retrouve de son élasticité, ma gorge se réchauffe, mon cerveau prend plaisir à écouter et à dire.

      Copéfillonner : tisser une relation coton.

    7. Les lèvres travaillent en effet et fatiguent avec les « f » mais c’est super efficace, encore une fois, deux fois, et autant de fois… un grand merci à Jean qui nous concocte de délicieuses pastilles, enfin si copéfillonner c’est se coopter pour filer doux, nos deux compères sont de cocasses filous

    8. je copéfillone
      et chui pas une flêche
      chui qu’un aigrefin
      qui aime les talbins
      chui le plus balaize
      pour piquer d’la braise
      chui qu’un politique
      qui adore le fric
      (pléonasme)

    9. =verbe masculin: jouer le coopératif et le compréhensif envers les femmes, qui restent au fond de toutes petites filles. Les prendre dans ses bras et les laisser exprimer leurs flots d’émotions. Ne murmurer qu’un tout petit « pfi….comme je te comprends! »… pour avoir la paix rapidement!

    10. Bonjour ! C’est une correction qui mérite la mise en pratique dans tous les temps. C’est très plaisant pour moi . En effet, Pas de soucis si on « copéfillonnons et faisont flèche de tout bois »….Que la correction sera faite, Le Futur sera demain. à Bientôt et Merci!

    11. Bonjour ! C’est une correction qui mérite la mise en pratique dans tous les temps. C’est très plaisant pour moi . En effet, Pas de soucis si on « copéfillonnons et faisons flèche de tout bois »….Que la correction sera faite, Le Futur sera demain. à Bientôt et Merci!

    12. Bonjour Jean,

      Je copéfillonne et fais flèche de tout bois m’a fait l’effet d’un djambé et mon corps s’est mis à danser au rythme de cette phrase. Incroyable cette découverte, je peux danser les phrases. Je sens que la diction devient une bonne copine.
      merci
      Amitiés
      muriel

      • Merci Laurent pour ce cadeau.
        En effet la danse est pour moi associée à la vie et à la parole.
        Danse du corps, danse des mots, danse des étoiles et des planètes.
        Plus modestement je souhaite que la langue soit un terrain de jeu pour tous. Comme elle l’a toujours été pour les poètes, les rimeurs, les rappeurs et autres délirants sympathiques… :-)

    13. Copéfillionner : v. signifie aimer quelqu’un au point de vouloir sa mort !
      l’exercice n’est pas difficile, mais la musique me gène un peu surtout pour se comparer. Est-il possible d’avoir une version sans la musique ou avec une musique moins présente?

      • Pour la musique c’est toujours délicat. Il y a un dosage à trouver. Ni trop ni trop peu. Si vous me la demander par mail, je pourrai vous envoyer le play back seul…

    14. Contrairement aux précédents exercices je me suis plus facilement tirée de propnonciation avec celui-ci. Cependant la musique gene quelque peu. On a tendance à s’en laisser distraire et détourner de l’objectif. Je préfèrerais un ton parlant que chantant.

    15. Promis, et sans langue de bois, j’ai n’ai pas arrêté de me marrer sur cette pastille. Même si ma diction est encore quelque peu en faillite ! Merci pour ce bon moment !

    16. Après m’être apoilé sous la lune étoilée et avoir cécileduflotté sans couler c’est plus heurté de copéfillonner, plus de rudesse après la fluidité du cécileduflotte.

    17. waouh, un peu plus corsé comme exercice, mais j’aime la sonorité et le rythme, ça fait comme des vagues et on a plus envie de les chanter.
      Pour ceux comme Amélie qui on du mal à répéter après Jean, je vous conseille de mettre des écouteur, vous avez le son directe dans l’oreille et il ne parasite pas le son de votre voix, ça marche très bien vous verrez.
      Encore merci Jean !

    18. Bonjour Jean,
      Voilà une approche intéressante à développer. Je vous suis en réalité depuis un bon moment, et pour la première fois je profite de laisser ici un commentaire. Il ne sera certes pas pertinent en rapport du post, mais je profite de vous adresser mes félicitations pour l’ensemble de votre travail… Vous aurez sans doute fait un rapprochement du pourquoi de ce petit message. Au fait ! avez-vous déjà pensé à imager une parole, un mot, en impactant votre message ?

      Une lettre peut parfois tout changer au point de rendre bancale une phrase… je sais ! ele est aussi banale.

    19. Ben alors! J’ai oublié de commenter cette pastille!
      Peut-être parce que les individus à la base de l’exercice ont perdu tout crédit à mes yeux à une occasion précise, mais on en reste là!
      Je peux dire, ce qui n’arrange rien, que je n’ai pas trouvé cette phrase aisée. Peut-être avais-je besoin de travailler les consonnes p et f dans leur succession rapide. Les consonnes occlusives me sont aisées si elles ne sont pas suivies de consonnes…. comme le f qui demandent un réaménagement rapide de la cavité buccale.

    Laisser une réponse

    CommentLuv badge