Home Mes articles préférés Alertez les parents ! 7 conseils pour « faire parler » ses enfants…

Est-il déjà trop tard pour parler d’avenir ?

Demain votre enfant devra s’affirmer en public, face à un jury du bac, pour l’entrée dans une grande école ou pour postuler à une fonction. Croyez vous que le Corbeau et le renard récité en primaire sera suffisant ? Croyez vous que sa diction, sa timidité ou son élocution précipitée se seront réglés tous seuls ?

10 ans et déjà à la Une


Ces réflexions me viennent en voyant la fille de Will Smith (10 ans) à la Une d’une revue people. Rayonnante dans sa posture de star assumée (look + décontraction + plaisir)… Je fais le parallèle avec tant de gamins de nos écoles si peu préparés à  s’exprimer devant le groupe. Contrairement aux anglo saxon.

Il a besoin de votre attention…

Bien sûr avec cette image, nous sommes dans le show biz…  mais une chose est sure : on ne grandi pas de la même façon, dans l’ombre ou dans la lumière.  Je parle bien sûr de la lumière du regard. Le regard de l’adulte sur l’enfant.
Parents si l’école ne fait pas son travail c’est à vous de le faire. A vous d’éclairer vos jeunes pousses de votre lumière attentionnée.

Lire à haute voix

Je me souviens d’un haut cadre de la SNCF que j’avais coaché en formation sur la prise de parole en public. Six mois plus tard il m’expliquait avoir appliqué à sa fille, en 6ème,  nos principes ; la faisant lire à haute voix ses textes, ses dictées…  et le bond en avant qu’elle avait accompli. En français et dans toutes les matières. Cela s’appelle la confiance en soi.

Des mots des phrases et des mambos

Je remercie  Emmanuel (16 ans) de m’avoir confronté à son problème de timidité qui lui avait valu d’être recalé à l’oral du bac. Je le remercie car j’ai beaucoup appris de ses interrogations. Nous avons appris ensemble. Moi le coach et lui le sujet.
Nous y sommes parvenu… en jouant !…  Sur les mots, les phrases, les rythmes, les changement de ton, les émotions : enjoué, triste, énervé…
Sur des mambos, du rock, de la samba ou des balades.
Je m’en suis inspiré pour mettre en place les « pastilles vocales ».

Vous pouvez aider votre enfant

Je vous propose un programme simple.

  • Ne laissez pas passer un texte à lire ou à rédiger sans demander à votre enfant d’en faire le résumé à haute voix. Un résumé lu ou improvisé (à vous de décider)
  • Demandez lui de se mettre debout. De vous regarder en parlant (ne pas lire les yeux rivés à la page). Cf. site « Parler en public » : lavoixdebout.com
  • De penser non seulement à ce qu’il dit mais à celui qui écoute (vous)
  • Quel sentiment lui inspire la lecture (joie/ tristesse / intérêt, etc)
  • Quand il y a récitation ou commentaire d’un texte classique, demandez lui d’expliquer un mot rare ou insolite.
  • Diction. Décortiquer phonétiquement un mot (dissocier les voyelles et les consonnes / Travailler la précision en bouche avec des grimaces ou des bruits bizarres.
  • A partir d’une pastille vocale : jouez avec lui ! Dansez, déformez, rythmez un mot ou une phrase.

Donnez leur des estrades…
Tandis que le monde autour de nous bouge dans tous les sens, visuels, audio et vidéos, l’école continue de se taire à l’oral,
Allons messieurs les ministres encore un effort. Donnez leur des estrades et des amphi. Aidez nous à faire porter la voix. Jusqu’en Chine jusqu’au Brésil jusqu’en Inde. Car le plaisir de la langue est indissociable du plaisir des autres langues.
« Yes we can »

Partager cet article
    Bordure
    5 Réponses à cet article
    1. Là Jean, vous avez parfaitement raison. J’avais preparé des « Notes of meeting » d’une reunion de famille que mon fils de 36 ans avez a dire. J’ai eu honte! C’etait execrable! Il mangeait ses mots, il ne s’arretait pas aux virgules, il lisait….d’un trait, de ce fait ce qu’il disait n’avait plus de sens….., plus les heu! heu…. et deja il parle avec les heu…..heu.

      Et à cet age lorsque je lui en parle, il n’est pas content du tout. Il est réfractaire à tout changement.

      Moi, je me fais plaisir à apprendre de vous. Et je vous en remercie. Dommage que je ne vous ai pas eu etant collegienne. De ce temps l’ordi n’existait pas et les profs…bo…oof!!! mais je me ratrappe.

      Je vous souhaite une bonne journée

      Heliette

      • Merci Heliette pour votre commentaire.
        Il confirme ce que nous savons tous, la pauvreté de notre apprentissage oral
        outil indispensable dans la vie personelle, sociale et professionnelle
        mais que l’enseignement ne prend pas en compte
        et devant lequel les parents sont désarmés.

        • Merci Jean de partager si généreusement vos connaissances et tous ces petits conseils pratiques…. notre « pauvreté en apprentissage oral » cadeau d’un enseignement plus que moyen, ne nous met pas tous à égalité dans la vie, car les lacunes orales non résolues étant jeune, ont beaucoup plus d’impact dans la vie d’adulte de tous les jours…et les échecs accumulés aggravent les effets avec le temps. Mais, si je comprends bien, de la technique, de la maitrise, une meilleure concentration sur soi….. auraient pu si je les avais acquis avant, modifier mon parcours professionnel et peut-être personnel ?! Et si de grands hommes souhaitent tant maîtriser ce bel organe, afin de mieux nous séduire, je ne pense pas que l’on souhaite enseigner autant de pouvoir au simple mortel, car reconnaissons le, l’art de la communication c’est bien là la différence qui sépare les grands des petits, non?!… il ne reste plus qu’à s’entourer du talent des autres et le tour est joué.

          • Chère Nathalie, je vous remercie pour ce partage d’opinions. Tout à fait d’accord concernant les lacunes de l’enfance qui nous accompagnent toute notre vie.
            Qui souvent agissent comme un frein. Par contre je suis moins affirmatif sur la volonté de notre système qui « ne souhaite (pas) enseigner autant de pouvoir au simple mortel ».
            Je ne crois pas le système aussi machiavélique. Mais nous sommes en France dans une culture de l’écrit dominant qui néglige l’oral alors que nos frères anglo saxons se l’accaparent, dès l’enfance. D’ailleurs la Constitution anglaise est orale au départ. La nôtre est écrite. Et après tout si le système était aussi réducteur, il ne nous aurait même pas appris à lire et à écrire.
            A part ça il reste que l’art de la communication entretien ou contribue à faire la différence entre les grands et les petits… Nous sommes d’accord.

    Laisser une réponse

    CommentLuv badge