Extinction de voix. Macron s’enflamme…

Casser la voix…

Emmanuel Macron est ce jeune homme qui s’est cassé la voix… qui a fait vocalement parlant une « sortie de route » en public . Il s’est explosé la voix avec sa fin de discours hurlée.… C’était le 16 déc. 2016 –  Lors de son meeting à Paris. Tous les médias en ont parlé, certains soupçonnant une crise de démagogie ou de mysticisme… !

A mon avis rien de tout ça. Emmanuel Macron a simplement goûté à l’ivresse du pouvoir. Lorsque 10 000 personne scandent votre nom. Comment ne pas être débordé, submergé, emporté par ce Tsunami émotionnel qui fait tout péter sur son passage. Qui vous donne envie de hurler de joie, de puissance ou d’amour.
C’est ce qu’il a fait.

On n’y était pas habitué de sa part. Lui non plus d’ailleurs. Et son corps non plus qui a craqué. Du moins la voix. Quelqu’un qui s’égosille se fait du mal et en fait à ceux qui l’écoutent par empathie.

 

 

Prise de parole en public et forçage de voix

Il faut distinguer : prise de parole en public et forçage laryngé (le fait de forcer sur le larynx) … Soit : brailler, hurler, s’égosiller, vociférer….
Comment parvenir à se lâcher, à lâcher la voix sans se faire de mal. Sans risquer l’extinction de voix.

Parler en public ne demande pas un effort considérable pour le corps. N’importe quel bon orateur avec un micro bien réglé, s’en sort très bien.

Lâcher la voix demande par contre de la maitrise. Sinon c’est de la vocifération. C’est ce qui s’est passé lorsque Emmanuel Macron outrepassant ses propres limites s’est lâché sans contrôle…

Lorsque je dis sans contrôle c’est plutôt sans maitrise.
Lâcher la voix c’est comme dévaler une piste de ski à grande vitesse. Il suffit de suivre la pente. Encore faut-il tenir sur ses skis !

Formation à la prise de parole

Les formations à la prise de parole en public travaillent dans ce sens : se lâcher dans l’émotion (la pente) et dans la maitrise (tenir la voix et le souffle).

Il y a des familles à la voix cassée, tellement les uns et les autres s’affrontent sans arrêt agressivement. Je me souviens de mon enfance à Ménilmontant où certains de mes voisins s’engueulaient du matin au soir. J’entendais même les meubles voler… Le matin à 8h, je croisais la dame à moitié aphone dans l’escalier.

Bref même pour gueuler sans se casser la voix, sans risquer l’extinction de voix, il faut travailler la question. Sinon on peut se faire très mal.

Comment anticiper l’extinction de voix

Voici les premiers signes d’une extinction de voix annoncée.
La gorge est légèrement douloureuse avec la déglutition à hauteur des ganglions. Ou lorsqu’on tâte le cou sous l’angle de la mâchoire. Ou bien au sommet de la voûte du palais. Comme un point de crispation. Dès les premiers signaux, économiser sa parole, boire des tisanes apaisantes, voire un médecin. Voir l’article.

Développer sa puissance vocale

La voix pour sortir met en jeu tout un système d’appui et de pression comme dans le chant.
D’ailleurs le corps est un instrument. Il a ses capacités et ses limites. Il est comptable de nos efforts. Et quand il ne peut plus il le dit. Par une entorse, un claquage ou une extinction de voix.

Macron en poussant très fort sur ses cordes a touché à ses limites possibles. Comme si il avait voulu sonner du clairon avec une flûte en bois. Eh bien non, ce n’est pas possible. Il va falloir transformer la flûte ou passer dans la classe clairon.

Brailler !… Gueuler !… Crier !…

C’est bien, c’est salutaire. Ça libère les poumons, ça vide l’esprit et ça booste la confiance en soi. Mais ça se travaille !. Mais oui ! Nous avons perdu l’usage d’une voix lâchée à pleins poumons comme autrefois nos ancêtres dans un milieu naturel. S’interpellant de loin. D’un champ à un autre, d’une montagne à une autre, où même en ville du sixième étage à la rue. Nos vies sédentaires ne s’y prêtent plus. Par contre coup nos voix s’enferment. Beaucoup de personnes souffrent d’une réserve ou d’une timidité qui les retient ou les freinent.

Crier nous avons su le faire quand nous étions bébés. La voix est toujours là. C’est la permission qui s’est perdue et avec elle l’ouverture… Notre voix discrète et bien élevée ne s’élève plus pour ne pas gêner les voisins, par peur du ridicule, par conventions… Au moins Emmanuel Macron a essayé de transgresser la règle.

Notre voix dépend de 4 facteurs

1 – L’éducation reçue.
Notre milieu d’origine, nos influences familiales, géographiques, culturelles, scolaires…. Exemple : entre le Nord et le Sud de la France s’entendent des différences de voix et d’usage très grandes.

2 – Les conditions de vie et les pratiques.
Selon le métier, l’environnement, les responsabilités, la vie au grand air ou dans un bureau…

3 – La morphologie
Nous ne sommes pas tous armés de la même façon. Cela se vérifie aussi bien pour le corps que pour les talents. Il faut apprendre à se connaitre. A s’accepter et s’accompagner. A tout âge la voix se travaille comme on entraine un muscle.

4 – L’expérience, les pratiques. Le chant, le théâtre, l’expérience de terrain qui aura développé l’autorité, la confiance…

S’agissant d’Emmanuel Macron je pense que son cursus scolaire et professionnel l’ont enfermé dans une posture française où l’énergie se concentre sur les matières théoriques. Une tête bien faite sur un corps contraint à son usage de figurant pour faire le beau. Pour porter la veste et la cravate.

Les 3 leviers de la pleine puissance vocale… sans se casser la voix

1 – Préserver la gorge.
Ne pas pousser vers le haut, dans la gorge.
Exactement le contraire de ce que font une majorité de personnes qui poussent pour se faire entendre. D’où une voix trop haute ou trop dure ou précipitée.
Travailler au contraire, l’ouverture et le lâcher du larynx.

2 – Installer et pratiquer la respiration basse. Poser la voix.
« Le geste vocal » doit prendre appui sur le diaphragme comme cela se pratique au théâtre ou dans le chant. D’ailleurs je recommande souvent à mes stagiaires de la prise de parole en public, d’aller suivre quelques cours de chant. Pour gagner à la fois, en liberté vocale et en puissance.

3 – Soigner ses appuis de diction.
Une bonne diction soulage la gorge de ses efforts de tension. A cet égard Emmanuel Macron fait bien son travail. Avec une parole bien en bouche, bien structurée. Efficace.

Maitriser sa voix et lui donner de la puissance est à la portée de chacun.
Chacun peut y accéder. Si il le veut.
Pour les plus pressés je recommande la formation ci-dessous qui vous donnera toutes les clés.

 Comprendre et utiliser la pleine puissance du souffle

SOUFFLE

Par une maitrise de la respiration basse et de l’ouverture de la colonne d’air, découvrez votre potentiel vocal. Laissez jouer votre puissance naturelle sans avoir le sentiment de forcer. faites vous entendre naturellement. Sentez vous respecté(e).
Pour en profiter cliquez sur ce lien.

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *