Home Non classé 7 conseils pour mieux s’exprimer à l’oral

(Vidéo : mise en rythme d’un exercice collectif de diction)

J’aime le public multiple du crédit Mutuel...
Je reviens d’une formation donnée pour le Crédit Mutuel de Nantes.
Les participants sont des femmes et des hommes de tous les âges. Ils sont cultivateurs, artisans, salariés, cadres, ingénieurs, retraités… Ils ont un jour décidé d’être actifs en tant que sociétaires au sein de l’association du Crédit Mutuel. Et voilà que de réunion en réunion ils ont pris des responsabilités, se sont fait animateurs ou porte parole du président de l’association, jusqu’à devenir eux mêmes administrateur, voire président… et prendre de plus en plus souvent la parole. En assemblée locale et bientôt régionale, devant 10 puis cent ou deux cent personnes. Et là… çà coince parfois !
On ne m’entend pas…
C’est que la parole, même à l’école ils ne l’ont pas beaucoup apprise.

Au travers du « parler en public » c’est le questionnement sur sa propre personnalité privé et professionnelle qui se pose. Et qui amène souvent à une prise de conscience.

« On ne m’entend pas… pourtant j’ai l’impression de faire des efforts / je suis monotone / je parle trop vite …
ou bien : « comment dire les choses avec nuances …  / comment me faire entendre sans crier / je parais brutal / je ne sais pas me contrôler /
ou bien : avant de parler j’ai une boule dans le ventre / j’ai la gorge nouée…

Parler en public n’était pas au programme
J’aime beaucoup l’honnêteté avec laquelle chacun aborde une formation qui au départ « n’était pas au programme dans ma vie » comme me le disait un commerçant producteur de vin, lors d’une précédente session.

Durant cette formation où l’on rit beaucoup et où chacun apprend beaucoup je mesure aussi les lacunes de notre culture qui nous en dit si peu sur l’expression corporelle, la gestuelle, la puissance de la parole en public, la confiance en soi.

Le gendarme aussi...
Je me souviens de cet ancien gendarme, grand gaillard au regard doux qui parlait peu et d’une voix basse presque inaudible. Retraité. Il m’expliquait que durant ses quarante années de service, il avait été au rapport. Soit : Parler vite et au garde à vous à un chef pressé, peu attentif qui ne vous regarde pas, vous coupe et vous renvoi systématiquement avant la fin de la phrase… D’où le besoin d’en dire peu et le moins possible.
Un autre, chef de chantier me disait : parfois je m’entends parler aux ouvriers et j’ai l’impression d’aboyer ! D’ailleurs ils ne m’écoutent pas spécialement… Et c’est pareil avec ma femme et mes enfants…
Et cette femme en recherche d’emploi qui me disait avoir une voix triste, triste… « et pour se présenter c’est pas bon… !  On me le dit mais qu’est ce que je peux faire ? »

La timidité, la discrétion, le manque d’assurance
Notre voix, notre expression, l’impression qu’on fait sur les gens qu’on rencontre ont beaucoup d’importance. Une importance plus grande qu’autrefois où l’on considérait que chacun est comme il est… !
La timidité, la discrétion, le manque d’assurance sont immédiatement perçus en défaut de confiance en soi et de capacité à assumer son rôle.

La voix est la parure sonore de notre caractère caché. Un geste invisible qui en dit long. Elle nous révèle… et nous trahit ! Il ne sert à rien alors de faire semblant, de la pousser ou de se forcer à sourire.
La voix parle au delà des mots dans cette dimension du Non dit qu’on appelle la présence, le charme ou le mal d’être.

On ne va pas s’ennuyer en réunion…
A la fin de cette session chacun a pris conscience qu’il « peut mieux faire » face au public, sur ce le plan de l’expression ; sentiment qui lui était inconnu ou vague. Qu’il a des repaires pour maitriser mieux sa communication au quotidien ou dans les situation délicates. Sans révolutionner sa vie. En étant seulement plus conscient et plus présent :

Se préparer / se présenter / respirer / faire des silences / assumer la situation et ses imprévus, les erreurs, les hésitations, les oublis  / ne pas s’excuser / parler « en bouche » avec des vrais mots qui font un vrai bruit, des mots, des phrases, une structure qui construisent et facilitent l’écoute.

En se quittant un stagiaire m’a lancé avec un grand sourire : « On ne va pas s’ennuyer en réunion, maintenant…! »

Les conseils du coach vocal

  • Commencer par se réveiller…  Réveiller les traits de son visage. Pour « faire bonne figure ». (Visage ouvert / regard vif / mâchoire détendue)
  • Consommer au moins une « pastille vocale » par jour… !!!
  • Timide, s’efforcer d’avoir une pratique d’expression individuelle ou en groupe. : théâtre, chant, improvisation, sport collectif…
  • Écouter et observer ceux qui prennent la parole. Apprendre de leurs manières et faire pareil.
  • Avant toute prise de parole, lire et répéter à haute voix ses textes.
  • Soigner son entrée. Démarrer de manière claire et tonique.
  • –    Dès l’école accompagner son enfant dans ses lectures scolaires et mise en bouche (je trouve le mot « récitation » un peu réducteur et conformiste). Lui faire dire son texte à haute voix avec des commentaires bienveillants et pertinents. L’aider à progresser (j’ai vu des enfants participer à des rencontres de slam)
Partager cet article
    Bordure
    2 Réponses à cet article

    Laisser une réponse

    CommentLuv badge