Les consonnes

B, C, D, F, G, H, J, K, L, M, N, P, Q, R, S, T, V, X, Z.
Les consonnes caractérisent l’appui et la dynamique de la parole.
Elles sont la structure, le rythme, l’impact, l’élan…
Elles participent des muscles et de la “charpente”… C’est à dire qu’elles sont en lien avec :

  • L’appui au sol (Ancrage)
  • L’appui du diaphragme (appogio)
  • L’attaque en bouche (précision de diction)
  • L’élan de posture (continuité osseuse / squelette).

L’autorité d’une parole

En simplifiant, on peut dire des consonnes, qu’elles sont la part « masculine » de la parole.
Elles expriment l’autorité, la maitrise de soi, une expression assumée et tonique.
Tandis que des consonnes « molles », avalées ou imprécises dénotent une personnalité incertaine,
inquiète ou immature. Le sentiment du flou.

Les consonnes se forment et s’énoncent en bouche avec les muscles dédiés qui sont :
la langue, les lèvres, le palais, le voile du palais.

Classement des consonnes

On classe habituellement les consonnes en : occlusives, nasales, fricatives, liquides…
Je préfère pour ma part les identifiées par rapport aux muscles et emplacements qu’elles sollicitent :

  • Labiales (avec les lèvres) : M, B, P, (F)
  • Dentales (langue en butée sur les dents) : D, T
  • Liquides (avec la langue) : L
  • Palatales (avec placement dans le palais) : K, Gu, R
  • Sifflantes et vibrantes : S, Z, J

« Je vous rappelle que les consonnes ne doivent appartenir, pour les langues occidentales,
qu’à la sphère buccale (bouche). Elles doivent se prononcer brièvement, comme lorsqu’on claque une porte de saloon.
Plus vous vous appesantirez sur une consonne, plus vous en paierez le tribut en tension au niveau de la langue,
de la mâchoire, des cervicales et, “of course”, du larynx”.
Yaël Benzaquen – “SOS VOIX”

S’exercer

Training des Consonnes. Cliquer sur ce lien

Partager cet article