Caractéristiques d’une voix

Une bonne diction s’accomplit avec une voix posée et dynamique.
La diction pourrait être l’art de bien dire (élocution), avec le minimum d’effort et le maximum d’efficacité. Pour l’interlocuteur.
Mais bien dire c’est aussi bien respirer et bien faire vivre le message que l’ondoit faire passer. Pour entretenir l’attention. Convaincre.

La modulation

La modulation dessine la mélodie de la parole. Cette mélodie qui permet de ne pas être ennuyeux et qui dynamise l’écoute. Son contraire est la monotonie.
La modulation est couplée avec l’intonation.

L’intonation

Comme son nom l’indique, l’intonation donne le ton. Dictée par l’humeur, les sentiments, la teneur du discours ou de la situation, le comportement de l’interlocuteur.

Le débit

C’est le nombre de mots énoncés à la minute (entre 120 et 180) de manière compréhensible. Bien sûr basé sur une bonne diction. Au téléphone il est recommandé de s’en tenir à un débit plutôt tranquille : 120 mots /mn

Le phrasé / le rythme

C’est le rythme interne de la phrase. Ce rythme est impulsé par la tonicité de la parole.  Il manifeste le caractère affirmé ou hésitant de la personne. Son autorité et sa confiance.

La hauteur 

Il s’agit de la hauteur de la voix dans la tessiture vocale de la personne. (Tessiture = échelle des sons, entre le son le plus grave et le son le plus haut d’une voix)

Le placement

Endroit du visage, de la gorge ou de la poitrine où s’appui l’énergie vocale.(Voix de nez, de gorge, de poitrine). Le placement détermine en grande partie la couleur de la voix : douce, ronde, chaleureuse, ou pointue, sombre, dure, rentrée, etc.

L’intensité

Elle correspond à la poussée du souffle sous les cordes vocales. Plus ou moins équilibrée. Poussée qui influe sur la couleur, le débit, la projection, la hauteur ou l’ »agressivité » de la voix.

L’intensité en lien avec le souffle traduit aussi l’état intérieur de la personne.

La présence

Elle est la somme des paramètres précédents à quoi s’ajoutent la couleur du timbre et le savoir faire. Savoir mettre en valeur les médiums et les graves de son registre. Créer la proximité en jouant sur l‘énoncé des sons. Sur leur durée et leur placement en bouche.
 

Partager cet article