Home Non classé Comment utiliser sa voix pour séduire ou manipuler ?

Suite à ma newsletter dont le titre était : « fais moi rêver »,
un correspondant m’interpelle (en toute amitié et goût du débat) :

Es tu : « Coach de l’authenticité ou coach de la frime?
Quel est ton message ?
Proposes tu des valeurs ou images de valeurs?
Expression de soi ou mise en scène?
Vivre sa parole ou devenir roi de la manip vocale ?

Ben voilà… le débat est lancé !!! On y va…

La voix : marquage ou produit ?
J’entends dans la question posée : est ce que tu considères la voix comme un « truc » (truquage) ? Un outil (efficacité) ? Un marquage (outil de pub) ? Un produit ?  Marque  ou produit ? Avec ce que le mot « produit » peut avoir de réducteur.
Conclusion : chacun est-il à vendre ? Et alors à quel prix ?

L’artiste, le rebelle…
Moi même en tant qu’artiste j’ai longtemps résisté – rebelle – à l’idée d’être un produit. Pas question d’être réduit à un « tube », à un chanteur pour bacs à FNAC, sous étiquette « chanson française »… J’ai voulu avoir raison contre le monde. C’est le monde qui a eu raison de moi. A force de me vouloir inclassable je n’ai plus été classé !!! Forte leçon… mais ceci est une autre histoire… !

« Tu viens chéri ?… »
La voix est-elle une voleuse, une enjôleuse ? Donc une menteuse ?
Est ce que sous le discours de Sarkozy, de Martine Aubry, de Fillon ou de Ségolène Royal, on peut entendre « tu viens chéri » ? Y a t’il prostitution de soi dans le fait de mieux se dire ? De mieux se poser, parler clair et sereinement ?
Authenticité ou frime ? Qu’en pensez vous ?

Améliorer ma communication
Je pense sincèrement que tout est dans tout.
En désirant améliorer ma communication vers les autres, je m’améliore. Et de cette amélioration naissent d’autres désirs d’aller plus loin : mieux s’affirmer en public, prendre la parole plus souvent en réunion, faire face à toutes les situations de rencontres, amoureuses, sociales ou professionnelles.

Séduire, toujours…
La séduction est toujours là. Sous jacente, indirecte ou volontaire. Toute communication humaine et même animale ne parle que de ça. (Sinon tu restes chez toi !) La question qui se pose alors est : jusqu’à quel point je me mets en scène pour séduire ? Jusqu’où je peux ne pas aller trop loin ? A partir de quand je me trahis ?

Stratégie ou efficacité
Quelle stratégie j’adopte, pour devenir toujours plus : étonnant, fascinant, impressionnant, attirant, intrigant, bouleversant, sidérant, provoquant, époustouflant, remarquable, bluffant, exubérant…
Ou tout simplement juste et convaincant !

La voix comme un clic invisible
La voix dans le concert des stratégies de la relation est comme le clic invisible de l’Internet. Elle donne envie ou je passe… On pourrait parler à son propos de taux de conversion.  En combien de temps j’ai gâché ma chance face à un décideur ? En combien de secondes au téléphone j’ai envie de dire STOP ou ENCORE ? Et devant cet orateur, ce prof, en combien de minutes je décroche ou me passionne ? Dans un speed meeting, en combien de temps la litanie des CV énoncés m’ennuie. En combien de secondes j’ai envie d’aller à la rencontre de celui ci ou celle là … ?

C’est un vaste débat. J’aimerais bien votre avis sur la question.
Dites moi ce que vous en pensez.  Écrivez le.

Pour en savoir plus : lavoixdebout.com

Partager cet article
    Bordure
    8 Réponses à cet article
    1. Améliorer ma communication, la communication : je supporte assez mal les gens qui ne s’exprime pas normalement, ou pas en accord avec mon type d’écoute, je ne supporte pas les gens qui prennent deux heures pour dire les choses alors que je ne prendrais que deux minutes. Je n’aime pas les exposés qui m’ennuie. Mais moi, comment suis-je perçu lorsque je m’exprime ? Je ne sais pas ou peu. Alors j’ai pris le parti de m’améliorer ou de travailler pour d’abord me mettre en confiance et d’essayé de mieux comprendre les défauts des autres qui m’insuporte.

      • Merci David pour cette réponse sincère.
        Je sens à la fois beaucoup d’énergie et d’impatience dans tes mots.
        Attention que l’addition des « je n’aime pas », « je ne » et autres négations n’agissent en freins
        sur ta communication. Entrante (écoute) et sortante (vers les autres) … Entendre aussi les qualités des autres !!!
        On se fait parfois du mal en se mettant soi même « la pression » (perte de confiance)
        donc en la mettant aux autres aussi.
        Tu as raison d’y travailler parce qu’on entend derrière tes paroles beaucoup de générosité
        et c’est ça à la fin qui doit dominer.

    2. Si je me limite à parler du coach qu’est Jean, ma réponse sera : Coach du « Joli moi »!! Je peux témoigner qu’il est beaucoup de (bonnes) choses mais pas frimeur.
      Plus largement, j’ai moi-même souvent fait l’expérience de la difficulté à faire passer ses idées, mêmes excellentes. De la difficulté à provoquer l’écoute et du manque de patience de la plupart des gens. D’où la mode des formules à l’emporte-pièce, qui doivent interpeller même sans être comprises.
      Je sais rédiger, je sais réfléchir, j’ai souvent convaincu d’autres personnes de ma qualité professionnelle ou personnelle….avec du temps. C’est là que le bât blesse !
      Notre société élimine rapidement ceux qui ne savent pas convaincre en quelques mots alors qu’ils sont bien souvent talentueux.
      Savoir maîtriser sa parole – comme l’enseigne notre coach vocal – n’est-ce pas d’abord savoir montrer sur le champ la plus agréable part de nous-mêmes ? A chacun de nous d’apprendre à le faire en restant sincère.

      • merci Valérie pour ce commentaire amical et plein d’enseignement pour moi aussi.
        IL y a effectivement le facteur temps qui s’est glissé dans nos vies et qui souvent
        se pose en parasite du talent ou de la sincérité.
        C’est un vrai débat social (prendre sa place) et intime (rester en accord avec soi).
        Être à la fois juste, pertinent et rapide…
        On n’a pas fini de se confronter à cette dimension de la communication « accélérée ».
        Pour moi il est important de rester connecté à sa sincérité… Avec le sourire !
        Le reste c’est parfois de la gymnastique …

    3. Si les yeux sont le miroir de l’âme, la voix en est les vibrations. La voix, est la voie des émotions, de la sensibilité, de la fragilité, elle laisse tout passer, sans rien filtrer. Elle dit tout à celui qui sait l’entendre et la comprendre. Par la voix, on voit tout ! Elle contient tout, ce que l’on est, nos doutes, nos peurs, nos souffrance, nos cicatrices, mais aussi, nos joies, nos espoirs, notre enthousiasme …
      Je me suis toujours intéressée aux voix car, dès que je suis entrée à l’école, j’ai été confrontée à des réflexions car ma voix ne ressemblait pas à celle des autres enfants, elle était beaucoup plus grave et, on me disait que j’avais une grosse voix. Alors que tous les élèves de la classe bavardaient en même temps, dès que j’ouvrais la bouche, on identifiait tout de suite ma voix, et c’était toujours moi qui me faisais attraper !
      De même, à la fin de l’année, lorsque toute la classe chantait pour la remise des prix, alors que je chantais parfaitement juste, on me disait de faire semblant de chanter pour qu’on n’entende pas ma voix !
      A l »adolescence, quand je chantais, j’avais honte de ne pas avoir une belle voix douce comme les garçons qui pourtant avaient mué. Ma voix était devenue encore plus grave, et au téléphone, on me demandait si j’étais une fille ou un garçon.
      Depuis bien longtemps, je suis incapable d’émettre un son aigu et maintenant au téléphone, on m’appelle monsieur !
      Voilà pourquoi, j’ai toujours été très sensible à cet élément très important qu’est la voix ! Comme un ADN ou une pièce d’identité, elle contient toutes les informations et les émotions de chacun d’entre nous au moment où l’on parle ou on chante.
      Voilà pourquoi, je suis particulièrement sensible à certains artistes comme Bryan Ferry et Klaus Nomi. Leur voix est tellement chargée d’émotion que ça me touche au plus profond de moi, ça m’atteint en plein coeur, ça me bouleverse ou me transporte, je ressens cette sensibilité à fleur de peau, ou à fleur de voix à tel point que ça me donne l’impression de les connaitre.

      • Bonjour Marylène
        Je trouve ton commentaire tellement puissant et rare que je me gardais du temps pour le relire et y répondre.
        La voix est devenue pour moi un sujet sensible quand j’ai du moi même subir une opération bénigne d’une corde vocale, mais qui m’a à l’époque atteint dans mon intégrité.
        Depuis ce jour pour des raisons différentes des tiennes mais qui les rejoignent, je me suis intéressée à la voix et comme tu le dis j’ai compris que ce n’était pas qu’un objet esthétique mais un véritable ADN comme tu le dis. Je me suis fait coach vocal. Pour aider, accompagner, réparer, redonner confiance et plaisir.
        Malheureusement la plupart des personnes ignorent cette dimension de leur personnalité et notre culture de l’écrit (français) enfonce le clou en culpabilisant les enfants, les ados.

        Aujourd’hui au travers de mon métier de coach vocal j’ai plus le sentiment de réparer quelque chose de la confiance en soi, que de véritablement apprendre aux gens une voix qu’ils ont reçu à la naissance et qui se cache… D’où le manque de confiance souvent, l’introversion, la timidité, voire l’échec, le stress (monde du travail où il faut s’affirmer), peur de déranger, de prendre la parole et pour tout dire de s’exposer…

        je trouve tes mots très forts et très justes. Et je t’en remercie.

    4. Le correspondant qui interpelle a du lire le blog en diagonale, sans y prêter attention.
      L’authenticité et la sincérité y transpirent pourtant!
      Je vois bien que ton souci, Jean, est que chacun trouve, re-trouve sa voix pour être sur la bonne voie, celle qui lui convient.
      Merci
      Marcel

      • merci Marcel pour ton commentaire.
        C’est vrai que j’essaie d’être le plus honnête possible jusqu’à la limite de mes connaissances
        qui s’enrichissent de la contribution des autres.

    Laisser une réponse

    CommentLuv badge