Home Divers 3 respirations pour être bien – 2 / 3 : mieux...

respiration efficace

Parler, nous le faisons tous les jours. Avec nos proches, notre famille, notre cercle d’amis.
Notre respiration apparemment suit. Mais pas toujours ! Dans certaines situations prise de parole, parfois ça bloque. Le corps ne veut pas. Il se fait lourd. Les mots restent en bouche. La pensée s’embrouille. C’est l’émotion ! Cœur qui bat, souffle court, mains moites…

 

Bien respirer pour mieux parler


La respiration que je vous propose, dite « efficace » est la deuxième de la série des « trois respirations pour être bien ». Elle s’adresse  aux personnes en recherche de confiance et d’assise vocale pour : la prise de parole en public, l’affirmation de  soi, une meilleure diction, etc.

Respiration 2 – L’efficace

Dans la prise de parole ou le chant, comme  dans toute activité, on a besoin d’appuis. Pour sauter, marcher, danser. Et pour parler aussi. Car la voix est un geste. Invisible mais néanmoins concret.
Sans appui, le geste n’a pas de force.
Avec le risque d’être mal entendu.

Pour produire des notes, des sons, de la parole, pour se faire entendre à l’extérieur, ces appuis vont permettre de « faire porter la voix ».  Sans se fatiguer. Sans fatiguer les cordes vocales, situées au milieu du larynx. Elles sont petites, fragiles et exposées. Inutile donc de leur ajouter des tensions.

Placer la voix

Au moment de parler, la qualité du son à émettre est contenue dans la forme de l’inspiration qui précède. Ouverte ? Fermée ? Petite ? Ample ? Stressée ? Haute ? Basse ? etc.

Cette inspiration « élargie » dessine la forme du son à venir. Comme le ferait un moule en creux.
Un moule composé de deux parties.

•    Partie haute : la bouche / les lèvres / la voûte du palais….
•    Partie basse : le diaphragme / la ceinture abdominale / les côtes basses…

Par ce double appui haut et bas (qui épargne les cordes vocales) la voix sans forcer va sortir et « rayonner ».  Donner son meilleur, selon l’effet recherché : puissance / intention / clarté, etc)

A quel moment pratiquer cette respiration

Je recommande cette respiration en préparation à une échéance. Prise de parole, entretien, conférence, exposé et pour le chant. La double voûte du palais et des lèvres et du diaphragme, fait le nid d’une voix ample et confortable.

Je recommande de pratiquer cette respiration au moins une fois par jour. Puis d’enchainer avec des sons pleins. Avec les voyelles : A, E, AN, IN, ON.
L’amplitude est ici synonyme d’ouverture et non de projection.

Testez, explorez cette notion d’ouverture ou de bulle formée entre la bouche et le ventre. Comme si le corps était creux au milieu.

Quelles applications ?

Pour aller plus loin il faut se poser les questions :

  • Qu’est-ce que j’ai à dire ?
  • A qui ?
  • Dans quel contexte ?
  • Avec ou sans micro ?
  • Pour la prise de parole en public ?
  • Pour la vidéo ?
  • L’enregistrement audio ? Etc.

Autant de situations qui demandent un ajustement nuancé de la force, du phrasé, du ton adopté, etc.
Donc un ajustement du souffle et de l’émission en rapport.

Pour en savoir plus et compléter votre connaissance sur le sujet, je vous recommande les exercices de ce blog et d’autres à venir.

Articles qui traitent du même sujet
3 respirations pour être bien – 1 / 3 L’Apaisante

SI CET ARTICLE VOUS INSPIRE UN COMMENTAIRE

N’HÉSITEZ PAS. DÉPOSEZ LE CI-DESSOUS.

Partager cet article
    Bordure
    4 Réponses à cet article
    1. Merci pour ces exercices de respiration, qui m’aideront à avoir un son moins haut, et moins forcer sur la gorge et les cordes vocales quand je parle fort ou que j’essaie de chanter (en effet je ressens très rapidement une douleur à la gorge dès que je parle fort ou que je chante pendant un moment, et je pense que cela est lié à une mauvaise gestion de ma voix et de ma respiration).

      • Bonjour Hervé
        En effet il ne faut pas oublier que la même pression d’air qui nous sert à fabriquer et moduler les sons de la parole
        (ou du chant), peux se retourner contre nous quand on ne sait pas la gérer. Exemple quand on « pousse » sur les cordes vocales
        qui se fatiguent.
        Bonne continuation. Merci du témoignage.

    2. Bonjour Jean,
      Cette respiration est efficace. La travailler en préparation à une échéance est une bonne idée. Mais malheureusement, il faut pouvoir maîtriser sa respiration à tout moment. Lorsque l’on achète une baguette, lorsque l’on reçoit un appel, etc.
      C’est à ce moment que mon coeur s’emballe et que j’ai une fâcheuse tendance à parler vite ou à ne pas articuler.
      Comment gérer ? Traites-tu de ces points dans la conférence sur l’improvisation que tu nous proposes ?
      Merci en tout cas pour tout le travail que tu fais pour nous … morts de trac et autres 😉
      Pierre

    Laisser une réponse

    CommentLuv badge