Home Portraits de voix Portrait de voix : Arnaud Montebourg

Voici le « portrait de voix » de Arnaud Montebourg, candidat à la primaire socialiste. Interviewé ici sur les relations de la France avec l’Algérie et lors de sa déclaration de candidature.

Arnaud Montebourg : tient-il la bonne distance ?

Écoutons Arnaud Montebourg :
1er extrait : sur les relations de la France avec l’Algérie

2ème extrait : annonce de sa candidature à la présidentielle.

 

Ma première impression

La voix d’Arnaud Montebourg s’affiche posée et agréable. C’est la voix d’un homme posé. Qui prend le temps de poser son propos. Qui nous montre ainsi sa confiance en lui et sa détermination. Un homme à sa place qui n’a pas à se justifier ni à forcer le ton pour s’affirmer. D’où un sentiment de confort qui peut aussi quelquefois se teinter d’une forme de distance, voire un détachement, dont nous reparlerons.



Rondeur et Chaleur de la voix / côté « sucré »

Une voix douce au spectre sonore agréable, enveloppante et chaleureuse. Avec des fréquences médium, graves et aigus bien distribuées qui lui donnent son harmonie. En écho à l’Harmonie de la personne.

Cette rondeur de la voix (bien dans son corps) indique une personnalité ancrée, en lien avec son passé, son milieu, ses valeurs (bases).

Force de conviction / côté « salé »

On sent dans le phrasé (rythme et élan de l’intention) un homme de conviction qui s’implique de tout son être dans ce qu’il dit. Jusqu’à être péremptoire, voire sévère.
Dès la première affirmation du 1er extrait : « inutilement conflictuelle !… »

Maîtrise de soi et de ses émotions – Maitre tu temps

Dans sa façon d’énoncer « I-nu-ti-lement conflictuelle », Arnaud Montebourg prend le temps. Le temps de dérouler paisiblement tous les sons de la langue, à son rythme. Sans pression. Donc une voix maitresse de soi et de ses émotions… Une voix de capitaine dans la tempête ?

Un certain détachement

Maitrise de soi et lenteur affectée (nonchalance) peuvent parfois donner l’impression d’un homme dégagé des passions, lointain, voire hautain. Au-dessus ou au-delà des conflits. Une voix de « sénateur »… En rupture avec l’image « passionnelle » du tribun socialiste.

Un homme de verbe et de séduction

Sa façon de mettre en bouche les mots, en les détachant, les étirant, en les faisant chanter par ses modulations et inflexions nous montrent un homme de verbe et de séduction (fluidité / plaisir des mots). Qui aime sa langue, le français ; qui la met en valeur et la respecte.

Plaisir des mots qui peut se teinter d’emphase quelquefois au travers de voyelles plus ouvertes jusqu’à lui donner un côté « rétro » un peu ampoulé. Exemple dans :
1er extrait : Conflictu-elle / destin mê / hist-oire / aven-ir – /
2ème extr. : inebran-la-ble – emphatique (à l’ancienne).

Arnaud Montebourg se tient-il en retrait ?

Une émission vocale légèrement en retrait (en arrière gorge), peut l’éloigner parfois. Comme quelqu’un qui ne veut pas « agresser » ou déranger (en parlant trop fort par exemple). Pudeur ? Discrétion ?
Sans doute l’expression d’une personnalité pudique au départ qui a pris sur soi pour venir se mettre en avant.

Écoutons le 2ème extrait
(déclaration de candidature) :
« je m’adresse directement à vous pour vous remercier de votre engagement personnel à mes côtés dans cette campagne présidentielle qui commence ...)
La voix semble lasse et le ton assez peu engageant, s’adressant à ses fidèles. Est-ce une fatigue passagère ? Quelque chose qui doute ? Qui se retient ?

Une certaine égalité de ton, dans les 2 séquences, sans véritables accélérations ou ruptures de rythme peut finir par lasser. Cela peut même induire un sentiment de léger ennui de la part de l’orateur. Comme si il n’était pas impliqué. Distant.

Un manque de mordant ?

Dans le deuxième extrait, « Le projet et la candidature de transformation que je porte (…)», notons le manque de mordant parfois (petite paresse articulatoire) qui enlève de la force et de la précision au discours, qui a du mal à porter loin. Qui oblige l’orateur à forcer le ton et pousser la voix qui monte un peu durement dans les aigus.
Est-ce le côté sucré qui a du mal à s’imposer ? Qui se fait violence pour « mordre »…!

Conclusion

J’entends chez Arnaud Montebourg un homme de conviction et de maitrise de soi qui semble avoir toutes les qualités d’un « présidentiable ». Y compris parfois la hauteur de ton qui sied à la fonction ! Un président « sucré salé » qui associe les qualités du chef et les valeurs de l’humaniste, dans la tradition française. Qui fait montre de rigueur et de souplesse à la fois.

J’entends aussi chez lui une forme de distance intime qui parfois impacte son intention. Qui peut se ressentir sur sa capacité à motiver, à entrainer son public.
Est-il un allumeur de feux ? Est-il un rassembleur ?

Conseils de l’expert

Arnaud Montebourg a un fort potentiel, un véritable talent de leader politique. Il accrocherait davantage l’oreille s’il pouvait acquérir encore plus de mordant sans perdre ses qualités vocales. Donc un travail de diction ajusté.

  • travailler les attaques des consonnes, les T, D…
  • amplifier les variations de rythme et de modulation
  • apporter encore plus de contraste à son discours
  • gagner en puissance, sans basculer dans les aigus

Articles à consulter

Portrait de voix : mode d’emploi

Portrait de voix : Ségolène Royal

Portrait de voix : Martine Aubry

Portrait de voix : François Hollande

Partager cet article
    Bordure

    Laisser une réponse

    CommentLuv badge