Voyelle : comment donner de la chaleur à sa voix

On oublie souvent d’utiliser la partie chantante de notre voix, celle qui met l’accent sur les voyelles : on a tendance à parler trop vite, rétrécir et comprimer notre voix. Or pour donner de la forme et de la chaleur à votre voix, il faut utiliser les voyelles : elles sont un outil formidable pour faire passer les émotions, et stimuler le cerveau de votre auditoire.

Vous avez déjà entendu les enfants vocaliser ? Que font-ils ? Ils cherchent les sons, et s’amusent avec les voyelles : elles sont la partie chantante du langage, celle qui donne le plus d’écho à leur voix.

À l’âge adulte, on ne prend plus forcément le temps de donner de la forme à notre parole en insistant sur les voyelles.

Dans cet article, je vous explique l’importance des voyelles, et vous donne 3 conseils pour donner vie et chaleur à votre voix.

Les voyelles se créent dans les formants

Les formants sont la forme intérieure de la bouche, qu’on appelle aussi le bol vocal. Un son est émis selon la forme et le placement dans la bouche.

Remarquez comme selon les façons de parler, les accents ou les langues, la durée des sons et leur présence peut varier. Chaque personne et chaque langue a une couleur, une vocalité, et une mélodie vocale qui lui sont propres.

Au travers des voyelles, on transmet la mélodie de la langue, la mélodie de la parole : c’est le vivant de la parole.

Les voyelles se créent aussi dans le souffle

Elles sont émises grâce à l’air qui sort des poumons et qui prend ensuite une forme. Le souffle c’est le vivant : de fait à travers les voyelles, on entend les émotions, l’espace, la mélodie et la modulation. On tord le cou à la monotonie.

Donc au travers des voyelles, vous communiquez votre relation à l’espace et votre prise de pouvoir sur la parole.

Plus vous donnez d’espace à vos voyelles, plus vous vous donnez de l’espace, et donc de présence.

En étant présent, sûr de vous et confiant, vous installez un langage et une force tranquille : vous agissez ainsi en confiance sur votre auditoire, instaurez de l’autorité, du charisme, du plaisir : autrement dit, tout ce qui est relié à cette dimension charnelle, sensible des voyelles.

 

Voici maintenant mes 3 conseils, sous forme d’exercices.

Travaillons sur les sons principaux, qui vont de l’avant-bouche (les lèvres) à la bouche postérieure (l’avant-gorge) : « i », « é », « è », « a », « o » et « ou ».

L’enchaînement de ces sons forme une courbe, qui prend appui sur différentes parties de la voûte intérieure crânienne, du palais ou des dents.

 

La forme baillée

Baillez les sons pour leur donner de la forme. L’exercice consiste à bailler légèrement, comme si vous aviez une patate chaude dans la bouche. Sentez que la bouche intérieure se dilate.

Si un vrai bâillement vient, profitez-en, sans resserrer les dents ! Gardez la bouche détendue et grande à l’intérieur.

 

Le placement mimique

Placez en silence les sons principaux, avec la sensation que vous venez les déposer au bout des dents. Cet exercice se fait en silence pour que le visage participe : faites jouer le visage, associez chaque voyelle à une grimace pour placer les sons :

  • Le « i » se place en ouvrant jusqu’aux oreilles
  • Le « é » se place derrière le nez
  • Le « è » est comme un soleil entre les deux yeux
  • Le « a » est comme un soleil au sommet du crâne, ou un étonnement
  • Le « o » se place vers la nuque, et c’est une autre forme d’étonnement
  • Le « ou » se place dans le cou, avec une bouche bien dessinée.

 

Le placement sonore

Il s’agit cette fois d’émettre les sons principaux, c’est-à-dire placer ces voyelles avec des sonorités. Faites sonner chaque voyelle, en maintenant le son quelques secondes.

Et vous, comment donnez-vous du vivant à votre voix ? Répondez à cette question dans les commentaires sous cet article.

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *