La voix est une signature sonore

La voix est une empreinte invisible et néanmoins mesurable. Chaque voix est unique.
(La police utilise cette empreinte comme moyen d’identification des personnes).
Il y a autant de voix que d’humains.
Nous parlons avec des mots mais l’oreille entend des fréquences. Comme autant de traces qui impriment le cerveau. Plus ou moins agréables, énervantes ou indifférentes.
La voix est une composante déterminante du message.

On peut vouloir ignorer tout cela bien sûr. Au nom de la sincérité ou du naturel…
Mais la sincérité et le naturel, sans la voix risquent d’être touchants mais inaudibles. Aujourd’hui plus que jamais dans un monde de paroles et de communication.
Les arguments  « je suis comme je suis !», « il est comme il est ! » sont compréhensibles mais de plus en plus risqués…  La voix est aussi un outil de notre modernité.

L’analyse n’est pas un jugement ni une critique

Les portraits de voix ont pour but d’aider ou d’apprendre à écouter cette partie de nous souvent ignorée et pourtant si utilisée : la voix parlée.
Chacun peut se faire SON opinion (tout à fait respectable) sur ce qu’il entend. Le spécialiste y apporte les mots qui aident à la compréhension. L’analyse qu’il propose n’est pas un jugement. Ni une critique. Elle est la traduction de ce qu’il entend et qui prend en compte les données de la voix de la personne à ce moment là.

Les voix connues

Les « portraits de voix » d’hommes et de femmes célèbres nous aident à mettre en lumière aux yeux (et oreilles de tous) des éléments qui sinon resteraient confidentiels ou abstraits. Car la voix est un mystère si on n’a pas les outils pour l’analyser.
C’est un double invisible, souvent insaisissable.
Cette méconnaissance peut aboutir à un mal être dans sa propre voix. D’où une perte de confiance, de la timidité, une attitude en retrait.
 

Portrait de voix : définition

Il n’y a pas de modèles. Pas de perfection à chercher. Pas de comparaison.
Le portait d’une voix est la description de ce qu’on peut entendre dans cette voix.
Sur les différents plans :
–    Physique : respiration, gènes, fréquences, timbre…
–    Technique : placement des sons, articulation, phrasé, modulation…
–    Culturel : héritage phonique, origines, accent, habitudes…
–    Affectif : construction psychologique, éducation, permissions ou interdits…
–    Émotionnel : vécu de l’instant, trac, peur, plaisir…
 

Mon but dans ces portraits ?

Mon but ici, est de rendre accessible un sujet souvent tabou ou ignoré : la voix.
Lorsque l’on parle de la voix, immédiatement s’y associe la notion de « belle voix » ou d’exception. Pourquoi ? Est-ce que le vulgaire, le citoyen, Monsieur ou Madame tout le monde, vous, moi, n’auraient pas de voix ? Chacun sa Voix. Est-ce que tous les bébés qui naissent n’ont pas de voix ? D’où viennent ces jugements de valeur ?
 

Est-ce un sujet secondaire ?

Ce n’est pas à moi  d’en débattre. Je me contente d’essayer d’amener chacun vers le meilleur de lui même.
Une fois que l’on a compris l’intérêt de se connaitre on peut l’appliquer pour mieux réussir dans la vie. Mieux être entendu et compris ; réussir son oral du bac ou être à l’aise pour un entretien d’embauche ; assumer ses prises de parole en entreprise, se faire entendre dans sa classe. Bref se faire respecter.
 

Dérapages…

Je note combien la voix est aussi un sujet « chaud ».
Aux premiers âges de la chrétienté c’était la voix des femmes qui en s’exprimant troublait le public homme. Ainsi furent-elles exclus de la liturgie jusqu’au XVIème siècle.
Aujourd’hui le fait d’analyser telle ou telle voix politique vous classe immédiatement dans le camp des pro ou des anti…
La voix réveille toujours les passions.
 

Faisons un test

Je vous propose le petit test suivant.
Faites l’effort de vous remettre en mémoire les voix suivantes :
De Gaulle / Giscard d’Estaing / Mitterrand / Chirac / Sarkozy
Pour chacune d’elle, (hors de tout esprit polémique) je vous demande de mettre en rapport la résonance en mémoire de la voix avec le type physique de la personne, sa façon de gouverner ou de se comporter.
 

Enjeux et pouvoir

Nous avons beaucoup d’exemples dans un passé plus ou moins heureux de ces voix qui ont attiré ou galvanisé des foules. Au delà de toute analyse raisonnable du contenu. Par une forte attirance.
On peut certes désirer une scène politique qui soit un pur débat d’idées…
Néanmoins comment ignorer les enjeux de pouvoir, personnels ou collectifs. De tous bords confondus. Le pouvoir fait aussi partie du débat, de la communication ou de la campagne politique.
 

Le choix au sentiment

Il est connu que la décision d’une élection se joue sur un volant de moins de 10% de la population qui n’ayant pas d’idées définies au moment du vote, bascule d’un côté ou de l’autre « au feeling » ou « au sentiment ».
On peut le regretter. C’est un fait.
 

Qu’en pensez-vous ?

J’aimerais avoir votre avis sur la question.
Recueillir vos observations ou suggestions.

Articles populaires

Pin It on Pinterest

Share This