Le « portrait de voix » propose une écoute sensible et experte d’une voix pour rechercher ce qui en fait la spécificité. Sur les plans techniques et affectifs.
Aucune recherche de perfection, aucune prétention à la vérité absolue.
Un avis d’expert simplement
Ici le portrait de voix de François Hollande, candidat à la primaire socialiste.

Écoutons François Hollande

Voici deux extraits de prise de parole de François Hollande
Extrait 1 – Interviewé sur France Inter
[powerpress url=”https://jean-sommer.fr/blog/wp-content/uploads/2011/09/Francois-Hollande-1.mp3″]
Extrait 2 – Lors de l’annonce de sa candidature à la primaire socialiste.
[powerpress url=”https://jean-sommer.fr/blog/wp-content/uploads/2011/09/Francois-Hollande2.mp3″]

Est-ce que François Hollande fait le poids… ?




Ma première impression

J’entends chez François Hollande la voix d’un homme de conviction, sincère, enthousiaste, brillant. Un homme souvent indigné et expansif chez qui les idées et les mots jaillissent en bouquets. Une voix fluide, rapide, facile et néanmoins pas assurée. Une voix teintée de féminité ou d’enfance…
Une personnalité qui cherche son ancrage.

L’ancrage

C’est notre façon de « peser sur terre», d’aller chercher notre appui dans le sol.
L’ancrage détermine notre posture et notre manière de poser la voix et les mots. De faire autorité. De peser.

Écoute du premier extrait

(…) C’est çà que j’essaie de bâtir. Et je dis pour ne pas illusionner les français sur ce qu’il est possible de faire, je dis il y a une grande priorité. Une priorité qui enveloppe toutes les autres c’est celle de donner à la jeunesse une place une promotion une dignité...(…)

1. Une volonté pédagogique. François Hollande nous fait la démonstration d’une pensée organisée et pertinente. Qui pose les mots en orateur averti. Avec une volonté pédagogique claire. Lorsque chaque séquence verbale, chaque information est bien dessinée et pensée pour être entendue et comprise de l’auditeur. D’où une parole forte. Exemple :

« C’est çà que j’essaie de bâtir (…) , je dis il y a une grande priorité. Une priorité qui enveloppe toutes les autres c’est celle de donner à la jeunesse // une place // une promotion // une dignité…(…)

2. Il “savonne”. Néanmoins, dans le débit général on ressent quelque chose qui pousse pour aller plus vite tandis que la parole a du mal à suivre. En fait un divorce entre la pensée et l’élocution, qui finit par buter et accrocher. Perte de contrôle sur certaines consonnes « mangées ». On appelle cela “savonner” (Dans les mots à 4 syllabes surtout : priorité / proposition / économique)

3. Cet emballement crée un effet parasitaire, qui enlève du poids à la parole. Expression d’une émotion à fleur de peau. Qui produit une parole agitée. Énervée. Sous pression. Enthousiaste et fébrile.

4. Fragile. Sous la pression-émotion, la voix s’envole vers les fréquences hautes du registre vocal. Comme si elle « perdait pied ». Une voix qui perd du coffre et de la chaleur laissant transparaitre une tension sans cesse contrôlée. Qui le fragilise. Qui entame son autorité.

5. L’enfant. La conjugaison des fréquences hautes de la voix et de la fébrilité du débit, nous rappelle le petit garçon en l’homme. Du fait d’un léger « zozotement” lorsqu’il s’énerve un peu sur des questions délicates. Ou lorsqu’il a besoin de s’affirmer fortement en détachant les syllabes, comme l’enfant qui tape du pied pour être écouté : « c’est çà que je veux / c’est çà que j’essaie de bâtir / et je veux (…)
Image qui peut entamer la posture de « chef ».

6. Notons les formules d’accroches verbales qui insistent sur le JE.( j’ai / je veux / ) Preuves d’un engagement personnel proclamé. Mais peut-être aussi de par son insistance appuyée, l’aveu de quelqu’un qui a besoin de s’auto convaincre ou de se rendre convaincant. Donc pas totalement sûr de lui.

Écoute du deuxième extrait

Dans cette deuxième séquence, François Hollande est plus posé, mais plus terne dans l’exercice d’une parole préparée : l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle.

7. Je note dans le discours lu une différence d’énergie à la baisse, avec un ton assez récité et monotone qui n’encourage pas à écouter.

8. Je note des fins de phrases qui chutent, coupant court à l’élan du propos. Comme auto censurant tout débordement. Dès la première phrase un « chers amis » comme un coup de trique… idem sur le mot : « gratitude » (« vous exprimer toute ma gratitude …) , pourtant riche de symboles et de sonorités toniques et chantantes : gra ti tu de…

9. Voix en “masque”. Un appui de la voix dans la partie avancée du visage (le « masque ») qui dynamise les fréquences directives et percutantes (plus dures) mais enlève de la rondeur (empathie) à la voix.

10. L’avis du spécialiste (Dr Jean-Pierre Auria – ORL.)
Sur le plan purement médical on note que très souvent la voix de François Hollande est fatiguée et légèrement éraillée ce qui témoigne d’un forçage permanent et d’un stress important. C’est quelque chose qui pourrait lui nuire lorsque ses interventions vont devenir quasi quotidiennes au cours de sa campagne présidentielle et notamment au cours de face à face avec des personnes dont la voix serait plus chaleureuse ; car cette fatigue vocale va l’obliger à monter vers les aigus et lui faire perdre la confiance que peut conférer une voix profonde venant “du ventre” (Hara pour les japonais).

Mon impression générale.

J’entends dans la voix de François Hollande, un homme chaleureux sincère et brillant. J’entends aussi une voix qui avance et trébuche en même temps ; impatiente, presque fébrile, comme adolescente ; pressée de se déclarer et inquiète de ne pas être entendue. Donc souvent hésitante et précipitée qui traduit un caractère à la fois volontaire et velléitaire.
Depuis quelques temps il semble avoir quelque peu corrigés ces défauts. La voix se pose mieux et semble plus stable. Il se « présidentialise »…

Les conseils de l’expert :

– Ancrer la voix, à partir des appuis (sol / diaphragme)
– Stabiliser l’assise vocale des graves « masculins ».
– Poser l’articulation / le phrasé (Quitter la fébrilité qui mange les mots…)
– Prendre le temps du souffle et de l’émission (“accueillir” d’abord la question)
– S’écouter (au sens plein et savoureux de la langue parlée)
– Travailler la synchronisation de la pensée et du débit (émotions)
 
Articles à consulter
Portrait de voix : mode d’emploi
Portrait de voix : Ségolène Royal
Portrait de voix : Martien Aubry

Pin It on Pinterest

Share This