A propos d’extinction de voix j’étais invité à intervenir sur Europe 1, le mardi 13 janvier.
Voilà ce que je n’ai pas eu le temps de dire ce jour-là.

L’extinction de voix, c’est un peu l’extinction de la personne dans une société de la parole. En direct, au téléphone, à la télé, à la radio, sur tablettes…
Cela commence par une irritation ou par une gêne en gorge et puis ça dégénère jusqu’au silence obligé.

Ensuite si on laisse la nature faire son travail on sait que la voix va se réparer naturellement et retrouver ses couleurs.

extinction de voix, comment lutter contre l'extinction de sa voix, mal de gorge prise de parole en public, comment mieux parler en public, améliorer sa prise de parole en public, mieux parler, améliorer sa diction, conseil présentation orale

 

Néanmoins :
Même connu, l’effet de l’extinction peut avoir des conséquences lourdes dans la vie des personnes. Pour les professionnels du chant en particulier mais aussi plus largement pour différentes corporations d’usagers : les téléopérateurs, les enseignants, les conférenciers, les entraîneurs sportifs, les guides touristiques, les maraîchers, les commissaires-priseurs…

L’extinction de voix est provoquée par trois causes principales :

  • Virale (infection microbienne)
  • Forçage (poussée sur les cordes vocales)
  • Emotionnelle…

Extinction virale 

 

Vous avez contracté une angine accompagnée de fièvre ou une laryngite (inflammation du larynx) . Ou bien c’est un rhume qui a mal tourné… Votre fond de gorge est rouge. Vos muqueuses  sont inflammées. Vous avez mal dans la gorge en déglutissant. Il peut s’y associer de la toux, de la fièvre… Autant de symptômes qui ont affaibli vos défenses. Il faut laisser le temps à la maladie de se résorber et à vos tissus de retrouver leur état normal.

Pour les conseils généraux, voir l’article : « Extinction de voix : prévention et remèdes »

Pour la maladie elle-même, consulter son médecin. Selon le degré de pathologie il saura vous conseiller un traitement doux ou des antibiotiques.

Extinction par forçage

 

Vous avez forcé, durement et longtemps, et comme une ampoule au talon après 5 h de marche, vos cordes vocales se sont irritées et gonflées.

On est d’accord : l’alcool et la cigarette sans être la cause, sont des facteurs aggravants

Des exemples « d’accidents » possibles :

  • Vous étiez en soirée. Il y avait beaucoup de musique, fort. Beaucoup de bruit. Dans une atmosphère enfumée peut-être. Vous avez vous même parlé longtemps et fort à côté des baffles. Ou bien vous avez crié chanté pour vous défouler vous libérer…
  • Vous avez chantez au delà de vos limites dans un registre tendu (pour vos cordes vocales) ou bien vous n’avez pas encore la maitrise de votre appui du diaphragme (appogio)
  • Au téléphone : vous avez parlé longtemps dans une posture recroquevillée, jambes croisées, ce qui vous a obligé (sans vous en rendre compte) à tendre le cou, pendant des heures.
    La musculature de soutien des cordes vocales a été sollicitée (comme on tire sur un élastique) plus que qu’elle ne peut.
    Vous êtes sans voix en fin de journée.

 Extinction émotionnelle

 

L’extinction sous l’effet d’une émotion forte (étonnement / peur / honte /…), surprend le sujet et lui « coupe le sifflet » selon l’expression populaire Au sens physique et psychologique.

En fait l’émotion provoque une syncope, un court circuit entre le cerveau et les muscles. La gorge nouée, serrée, vous voilà comme un poisson hors de l’eau à battre des mâchoires sans produire de son.

J’ajouterai que cette émotion là, passagère, dans le cas d’une émotion soudaine  peut adopter des formes chroniques chez certaines personnes qui vivent avec la peur ou le stress permanent. Leur voix est certes audible mais comme sans cesse retenue, assourdie, ou « rengorgée ». Ce qui bien sûr colore et marque l’expression de leur personnalité.

Les traitements de la sphère émotionnelle relèvent d’un accompagnement spécifique : relaxation, psychothérapie, acupuncture, sophrologie, réflexologie… Un traitement médicamenteux est envisageable : antidépresseurs, anxiolytiques…

 

Précautions de base :

Afin de se prémunir contre les accidents de la voix et en particulier de l’extinction, je rappelle que nous n’avons pas la même morphologie les uns les autres, donc pas les mêmes capacités de résistance ou de compensation. Parfois, ce qui réussi à l’un est mauvais pour l’autre et réciproquement.

Avec le temps on devient vigilant :

  • on apprend à se connaître et à anticiper
  • à éviter les situations dangereuses.
  • à écouter ses alarmes.

Surtout lorsque l’on est un professionnel. Lorsque sa propre voix est un outil de la performance ou de l’image de soi.

Il est intéressant aussi de noter que c’est en pratiquant que l’on se renforce.
Il n’est donc pas question de se protéger en … se taisant.
La musculature de soutien des cordes vocales relève de la musculature générale de la personne. Toute faiblesse du soutien, physique et psychologique se répercute dans la voix.
Cela s’entend dans le faible tonus des personnes fatiguées ou chez les gens âgés.

C’est pourquoi les personnes dépressives apparaissent souvent comme atones ou peu engageantes.
En effet, une voix molle, apathique, répercute un sentiment de mollesse, peu stimulant pour l’interlocuteur.

Ceci ayant une répercussion sur l’entourage ou le milieu professionnel.

 Les trois temps d’une bonne pratique

 

 Prévenir

Au quotidien pour préserver votre voix, adoptez les comportements adéquats.

Ce sont souvent les petits dérèglements qui en s’additionnant sur la durée finissent par provoquer la rupture ou l’accident.

Quelques rappels de base

  • Posture assise : adoptez une posture verticalisée. Tête dans l’alignement de la colonne
  • Cultivez une respiration basse (La respiration du bébé / la seule valable en continu)
  • Penser à boire à température ambiante.
  • Attention aux premiers signes de fraicheur. Protégez sa gorge avec un foulard (la soie est idéale)
  • Détectez les premiers signes de picotement ou d’irritation au fond de la gorge. (Recommandé : les « Pastilles de conférencier », genre Homéovox)
  • Si la gorge gratte fort, ne pas forcer en se raclant. Préférer des pastilles composées de miel ou d’eucalyptus, un spray à la Propolis ou un sirop adoucissant. Le thé chaud additionné de miel et de citron est très bénéfique.
  • En hiver, si fragilité, pratiquer une hygiène du nez et de la bouche pour s‘éviter les causes d’infections (cf article « Conseil d’hygiène pour la voix – Lavage du nez)

 

Guérir

En cas de crise aigue ou de maladie, le mieux à faire est d’aller consulter son médecin. Il saura vous conseiller un traitement en rapport avec le mal.

Si il y a urgence, il saura vous prescrire « l’électrochoc » connu (piqûres de cortisone)

N’essayez pas de faire entendre à tout prix… Reposez vous. Laissez votre système se reposer. (Le sommeil est réparateur)

Efforcez-vous de ne pas paniquer intérieurement. De donner le temps au temps.

Ne pas ajouter le stress mental à la détresse physique.

Faut-il s’empêcher de parler ?

Il est possible de compenser le manque de timbre vocal par une parole à voix basse avec forte articulation et expression gestuelle. Surtout pas parler en chuchotant (avec plein d’air dans la voix… Très mauvais !)

 

Entretenir

L’entretien rejoint la prévention.
Avec le temps et avec les accidents on apprend à mieux se connaître. Donc à reconnaître les premiers symptômes ou indices de ce qui pourrait dégénérer.

Un petit point au fond de la gorge. Un début de nez qui renifle ou qui coule, une sensation de picotement dans la gorge.
Plus tôt on intervient plus on a des chances de passer à côté du mal.

Le rôle du coach

 

Mon rôle de coach vocal est de faire que le mot « extinction de voix » n’apparaisse jamais sur les écrans de pilotage de l’expression orale.

Que l’expression orale soit toujours associée aux notions de plaisir et de partage. Pour séduire ou convaincre.

Que sa propre voix ne soit pas une menace mais au contraire une formidable partenaire, à la fois fiable et efficace.

 

Pin It on Pinterest

Share This