Timidité et voix qui tremble : 5 leviers à activer

Parler en public

Déjà qu’il est difficile de prendre la parole en public si en plus on s’étrangle en parlant, c’est foutu ! Dans cet article je vous donne 5 leviers à activer qui en les pratiquant vont vous changer la vie et surtout vous amener à l’aisance.
Parler en public
Questions de Voix
Diction & Élocution
Hygiène & Exercices
Le Mental du Soliste
Voix de leaders

Comme une vieille qui chevrote

Que se passe-t-il quand votre voix se met à trembler en public comme une vieille qui chevrote avec la dignité qui s’en va et l’impression d’être ridicule. Vous avez quelque chose d’important ou d’intéressant à dire et vous voilà planté avec la voix tremblante, la gorge sèche et les mots qui ne sortent pas. C’est horrible.

Quand votre voix tremble c’est toute la personne qui tremble. C’est votre musculature de soutien qui lâche.

Lucile déclare : « Ma timidité passe pour de l’impolitesse, en effet lorsque j’entre dans une pièce, mon bonjour est inaudible, il refuse de sortir ! Que faire ? »..

Cette image de vous dessert l’entrepreneur, le conférencier ou le dirigeant que vous êtes.

Que votre voix tremble ou ne sorte pas c’est que vous avez un problème de confiance en vous.

Qu’importe ce que vous avez à dire si vous n’êtes pas capable de l’assumer vos interlocuteurs vous accorderont peut-être l’indulgence mais pas l’autorité.

Ils vous feront l’aumône de leur sympathie et passeront à autre chose…

Cessez de trembler !

Comme un bateau à la dérive

Comment ancrer sa parole ? Comment cesser d’être une barque à la dérive ?

Il y a des solutions, c’est à vous d’en décider. Cherchez les ancrages.

Autrefois, on acceptait le timide comme on acceptait d’être grand ou petit ou d’avoir les yeux bleus. C’était une caractéristique de la personne comme un fait accompli. On était timide et on le restait. Il y avait différents mots pour désigner les différents types de timide : réservé, à part, rentré, renfermé, mutique, sauvage, coincé, retenu, discret, effacé, ombrageux, complexé, compliqué, taiseux, inhibé, anxieux, embarrassé, gauche, ours… Ça faisait rire quand c’était Pierre Richard (voir la vidéo) qui se prenait les pieds dans le tapis mais aujourd’hui, dans un monde de la communication et de l’exposition sur les réseaux sociaux ce n’est plus tenable !

Des études comparatives tendent à démontrer la dimension culturelle de la timidité. Ainsi, au Japon, on rencontre beaucoup plus de timides que partout ailleurs. 90% des gens y estiment être ou avoir été timides. A Tokyo, la modestie, la retenue, la discrétion, le tact et la gentillesse sont des valeurs sacrées (encore bien plus importantes que chez nous). Ces valeurs entrent en contradiction avec les impératifs modernes de la compétitivité économique, qui exige, au contraire, une certaine agressivité et un esprit de démarcation. Culturellement, les Japonais se trouvent donc coincés par une double contrainte, connue pour générer des situations de timidité. Sois le meilleur, mets-toi en valeur et, en même temps, soit discret, ne heurte pas ton interlocuteur.

Ne laissez pas les autres parler à votre place. Ne vous laissez pas doubler.

La timidité n’est pas une tare… n’en faites pas une maladie

Selon le chercheur Jérome Kagan, de l’université de Harvard, seuls 15 à 20% des enfants naîtraient avec une prédisposition à la timidité. Ces enfants présenteraient un profil neurochimique particulier ; leur amygdale cérébrale serait particulièrement sensible aux situations stressantes.

Majoritairement la timidité n’est pas une tare ou une maladie, c’est le résultat d’une histoire qui vous a construit. Une histoire qui est du passé. Une histoire que vous pouvez transformer. Toutes les possibilités sont en vous.

D’ailleurs il est connu que le timide sans le savoir est souvent un super communicant qui s’ignore. Qui souffre de son besoin d’expansion empêché et qui par contrecoup se transforme en inhibition et désir de fuite.

Ne laissez pas la timidité vous pourrir la vie.

Vous pouvez agir dès maintenant et faire front sans rougir ni trembler. Pour occuper la place que vous méritez, avoir les responsabilités qui vous reviennent et le salaire de votre compétence.

Vous le pouvez.

Dans cet article, je vous explique comment faire, avec les 5 leviers à activer.

Comment ne pas avoir la voix qui tremble à l’oral ?

  1. Avoir un objectif
  2. Évacuez les pensées négatives (Vidéo démo)
  3. Musclez la confiance en vous (Vidéo Poing serré)
  4. Muscler les bons appuis d’expression (Formation : élever votre pouvoir d’expression
  5. Assurez le regard – (Se filmer)

1 – Ayez un objectif

Qu’il s’agisse de parler 5 mn, d’aller demander l’heure à un passant ou de donner une conférence ayez en tête le but de votre action. Si c’est un objectif abstrait, rendez-le concret.

Exemple :
A la place de : je vais prendre la parole devant un public d’ingénieurs,
Dites plutôt : j’apporte la solution technique (ou autre solution) a des ingénieurs qui en ont besoin.

A la place de : je veux réussir mon entretien d’embauche,
Dites plutôt : je suis la personne qu’ils recherchent pour tel poste.

Répétez votre phrase avec conviction, 10 fois à haute voix.

Vous allez ainsi « muscler » votre mental et renforcer votre motivation.
Donc moins d’hésitation et de tremblements pour une plus grande détermination. (“Le point de la victoire”)…

Même si votre intervention n’est pas réussie, elle s’inscrit dans un projet plus large où l’échec est une répétition vers la réussite. Où l’échec n’est pas une fin.

Donnez-vous un objectif clair.

  • Posez-vous la question à haute voix : quel est le but utile et ultime de ma prise de parole ?
  • Écrivez la réponse puis répétez la à haute voix : 10 fois !

2 – Evacuez les pensées négatives

Les pensées négatives agissent intimement sur la confiance en soi et sur la musculature de soutien. C’est pourquoi je vous propose un exercice simple, un « dépollueur » qui va vous nettoyer du négatif en vous.
Suivez bien les instructions de la vidéo ci-dessous.

Inspirer en montant les épaules jusqu’à hauteur du menton. Bloquer en apnée.
Expulser l’air bruyamment par la bouche en baissant d’un coup les épaules.

En montant les épaules avec l’inspiration emplissez-vous de joie, de lumière, de pensées positives. Et de la phrase du N° 1 (l’objectif)
Sentez-vous plein comme un ballon d’air léger qui s’envole.

En expulsant l’air, expulsez tout le négatif en vous comme une fumée noire.

A la fin de l’exercice, ne gardez que le léger en vous.

3 – Muscler la confiance en vous

Mettez la vidéo en plein écran.
La vidéo est un peu floue, c’est volontaire pour ne pas s’attacher aux personnes.
Il s’agit cette fois de programmer la victoire en la visualisant avec les couleurs de la victoire, les clameurs de la victoire, la joie de la victoire

  1. Regardez et écoutez ces gens qui vous applaudissent. Regardez sans juger, sans vous poser de questions. Nourrissez-vous des applaudissements de cette vidéo. Même s’ils sont enregistrés même s’ils sont trafiqués, c’est l’énergie qu’ils dégagent qui nous intéresse. Recevez-les comme une pluie d’été rafraichissante.
  2. Fermez les yeux et fixez cet instant en serrant le poing comme pour retenir le temps et pour garder en vous ces applaudissements. Ayez en tête la phrase « magique du n° 1 (l’objectif).

Ces applaudissements viennent saluer votre mérite ou de vos qualités, Recevez les simplement sans vous faire de commentaires.

Refaites cet exercice 10 jours de suite.

4 – Muscler les bons appuis d’expression

Ne pas avoir la voix qui tremble relève aussi de ce qu’on appelle la musculature de soutien : la posture, la respiration, la voix, la bouche, l’ouverture et la fluidité de la mâchoire, les lèvres les dents, la gestion des consonnes, etc.

C’est la partie la plus technique qui demande un travail précieux et spécifique. Je vous l’explique dans la formation en ligne que vous pouvez consulter en cliquant sur le lien bleu ci dessous  :

ELEVEZ VOTRE POUVOIR D’EXPRESSION

A partir de bases solides vous pourrez répondre sans trembler à toutes les situations de prise de parole, face à une équipe, à des collaborateurs, à des clients ou à un auditoire plus large.

5 – Assurez le regard

On n’y pense pas forcément, mais le regard est très important pour la stabilité de l’expression et pour la confiance en soi. Un regard incertain produit une parole incertaine.

Voyez la vidéo avec Pierre Richard, extraite du film « je suis timide mais je me soigne ». Dans le cas de Pierre Richard, ce n’est pas la parole qui tremble mais toute la tête… !

, Regardez vos interlocuteurs dans les yeux. Avec naturel et sans excès. L’appui du regard est essentiel pour que la voix s’affirme et ne tremble plus.

S’entrainer

Tout peut se corriger à condition de passer à l’action. Sinon c’est le risque de la stagnation ou du recul.
Le risque de n’être jamais entendu ni respecter, ni d’occuper la place que vous méritez.

La formation Élever votre puissance d’expression vous aide à faire le pas pour passer du côté des gagnants.
Je vous souhaite d’en profiter comme des milliers d’autres avant vous.
Accédez à la formation en cliquant sur le lien bleu.

ELEVEZ VOTRE POUVOIR D’EXPRESSION

Si cet article vous a plu
n'hésitez pas à le commenter et à le partager

Recevez 5 stratégies pour prendre la parole comme un leader !

Vous apprendrez, à travers 5 vidéos, comment ajouter de la valeur à votre parole, motiver votre auditoire et transmettre votre vision.

Partager l'article

Pin It on Pinterest

Share This