Qui se cache derrière LA vOIX DE…

Emmanuel Macron

Monsieur le Président, votre voix m’intéresse !

Cliquez sur la vidéo ci-dessus pour découvrer l’analyse de Jean Sommer sur la voix d’Emmanuel Macron

Monsieur le Président, votre voix m’intéresse !

« Portrait de voix » d’Emmanuel Macron – Enregistrement Aout 2018.

Je vous invite à lire attentivement l’analyse qui suit, car au travers de la voix du président, vous allez en apprendre beaucoup sur votre propre voix. Donc sur votre présence, sur vos qualités d’expression ou sur votre pouvoir.

Aucune voix n’est la même. Et à l’origine, toutes les voix sont belles.

Dans ce « Portrait de voix », je vais partager avec vous ma lecture des qualités propres à la voix d’Emmanuel Macron. Qualités que l’on retrouve dans chaque voix. Dans la mienne, dans la vôtre…

Je vous invite ainsi à développer votre écoute pour mieux vous connaitre, progresser et devenir le leader, l’orateur ou le communiquant que vous souhaitez.

Attention : l’analyse qui suit n’est pas un diagnostic et encore moins une vérité finie. C’est mon ressenti à l’écoute de la voix d’Emmanuel Macron à un moment donné. C’est la saisie d’une impression.
Mon impression

Je vous propose cette analyse selon 4 critères :

  • Le timbre
  • L’élocution
  • La portée
  • Le caractère

Le timbre de voix

d’EMMANUEL MACRON

Le timbre est le visage de la voix

Jean Sommer

Coach Vocal

Dans la vidéo qui illustre cet article (enregistrement de septembre 2016) j’entends chez Emmanuel Macron un timbre qui équilibre les graves, les médiums et les aigus, avec une dominante des aigus, caractéristique de le registre vocal : « baryton léger ».

Une voix jeune qui laisse entendre une forme de fragilité adolescente. Et même romantique. Comme un écho à d’autres voix d’un autre temps : la voix de Gérard Philippe par exemple ou celle de Jean-Louis Trintignant à ses débuts. Des voix « au bord de la crise »… Qui mixent une part de féminité, de force mâle et d’exaltation.

2 ans plus tard, la voix de l’homme…

Deux ans plus tard, en 2018 au Palais de Chaillot, la voix a changé. Elle a pris du corps.  Elle a gagné en maturité en profondeur et en fermeté. C’est une voix d’homme mieux timbrée. Plus décidée.

Avec plus de graves et plus de densité. Sans doute le double effet de l’exercice du pouvoir et du travail avec un coach.

Notons qu’Emmanuel Macron est l’un des premiers leader politiques français à faire appel à un professionnel de la voix… et à le dire !

En cela, il est exemplaire d’une nouvelle génération d’orateurs, qui n’a pas peur de montrer qu’elle travaille. Car la voix est un outil.

Beaucoup d’orateurs dans la tradition française se contentent de marmonner leur texte. D’autres cachent qu’ils se font aider par un coach. Inquiets d’être soupçonnés de manipulation ! Comme si l’éloquence allait de soi et qu’il était honteux de se préparer.

L’élocution

d’EMMANUEL MACRON

Je sais que je ne peux pas tout / je sais que je ne réussis pas tout.

Emmanuel Macron

Président

Sachant qu’il ne dispose pas d’une puissance vocale exceptionnelle, Emmanuel Macron utilise son élocution comme une force de frappe en donnant des à-coups vocaux pour affirmer son propos. En martelant certaines phrases ou certaines syllabes.

Dans cette phrase en particulier où il appuie les « pas tout »…
“Je sais que je ne peux pas tout / je sais que je ne réussis pas tout”
J’y décèle aussi une volonté appliquée de compenser un léger zozotement.

Résultat : une élocution claire, précise et impactante. Parfois presque mécanique et par contre effet un peu trop contrôlée.
Ce contrôle relève aussi d’un visage relativement figé, s’exprimant avec économie. Les traits fixes et la mâchoire serrée.

Le corps n’est pas ou peu impliqué. D’où une parole comptée, propre et bien repassée qui semble sortir tout droit d’un pressing de la pensée.

Comment ajouter de la chaleur à cette voix ?

Pour cela, il faut donner du temps au temps, et dans la parole c’est donner du temps aux voyelles. Les voyelles qui sont la mélodie de la parole.

Emmanuel Macron, au travers d’une diction un peu sèche, a pris le parti des consonnes contre les voyelles en martelant les mots. C’est un choix inconscient pour asseoir son autorité. D’où une parole qui peut apparaître comme détachée ou indifférente. Voire hautaine.

Quelque chose dans son expression et même dans le corps doit lâcher pour laisser venir un peu de rondeur, de chaleur et d’espace.

Indépendamment d’un discours toujours brillant et affûté.

La portée de la voix

présidentielle

J’aurais pu intituler ce paragraphe : du romantique au politique.

Jean Sommer

Coach Vocal

Le fait qu’Emmanuel Macron ait parlé de spiritualité dans une vidéo de 2016 n’est pas anodin. Surtout qu’il associe sa vision de la politique à l’idée de mission.

De mission à missionné, il n’y a qu’un pas et c’est le pas intérieur qu’il a franchi en devenant l’élu. Le plus haut, l’inaccessible : avec une parole qui fait parfois la leçon.

Avec une forme de sympathie condescendante. Un sourire distant. Une voix politiquement correcte mais sans émotion.
L’émotion, on la retrouve avec une certaine maladresse ce jour du 10 décembre 2016 lors de son meeting à la porte de Versailles.

Une voix qui déborde de ses limites

Souvenez-vous de ce jour où Macron le raisonnable a croisé Macron le fou, le délirant. Dans un moment sublimé, quelque chose d’énorme s’est emparé de lui. Un tsunami intérieur qui l’a débordé au point d’exploser ses limites comme la grenouille qui voulait se faire plus grosse que le bœuf.

Avec un hurlement de gorge venu d’on ne sait où, qui dépassait les capacité physiques du bonhomme. Tellement qu’Il en fut lui-même étonné.

Cet instant où Emmanuel Macron s’égosille a été moqué et repris sur tous les médias. Moi je le trouve touchant. Car ce n’est pas le cri d’un homme politique, c’est l’explosion d’un homme exalté, saisi par l’émotion et par la dimension de sa mission, dans un pays où l’on n’a pas l’habitude de « mettre son corps dans la balance ». Ce serait plutôt le contraire : ne pas montrer ses émotions.

Il a osé !

Le caractère

d’Emmanuel Macron

Cette voix jeune, facile et sûre de soi, pourrait à la longue créer l’indifférence si elle devenait un bel objet en soi, à force de virtuosité et de distance.

Jean Sommer

Coach Vocal

Cette voix jeune, facile et sûre de soi, pourrait à la longue créer l’indifférence si elle devenait un bel objet en soi, à force de virtuosité et de distance.

Aujourd’hui, la voix d’Emmanuel Macron rompue à l’exercice du pouvoir est devenue assez égale. Sur le modèle français : une voix intelligente et raisonnable. Une voix agréable, vibrante, claire et bienveillante. Qui porte une volonté pédagogique.

C’est une voix qui s’assume, qui dit JE, qui dit MOI. Une voix qui veut faire autorité.

Une voix qui, faute de pouvoir faire tonner le canon, c’est-à-dire les graves, envoie la cavalerie légère, c’est-à-dire les aigus.

Mais attention : cette voix jeune, facile et sûre de soi, pourrait à la longue créer l’indifférence si elle devenait un bel objet en soi, à force de virtuosité et de distance.

Comme on regarde un prestidigitateur nous faire son numéro. Avec le danger de transformer son auditoire en voyeurs.

Or, pour y croire, on a besoin d’émotion et de partage.
N’est-ce pas le rôle du leader que de nous rassurer et de nous motiver ?

Cela doit s’entendre dans la vibration des mots et dans la puissance du souffle. Pour que la république, dont le prince est un jeune homme, ne soit pas que la république des paroles, paroles…

Qui se cache derrière la voix de…

Emmanuel Macron

Autres portraits de VOIX de LEADERS

Emmanuel Macron

Président de la République

Édouard Philippe

Premier ministre

Michel Onfray

Philosophe et essayiste français

Laurent Ruquier

Animateur TV et Radio

Jean-Luc Mélenchon

Homme Politique

Charles De Gaulle

Monsieur le Général

Pin It on Pinterest

Share This